Colomiers avec ou sans Beka Sheklashvili ?

  • Pro D2 - Beka Sheklashvili, pilier droit de Colomiers face à Grenoble Pro D2 - Beka Sheklashvili, pilier droit de Colomiers face à Grenoble
    Pro D2 - Beka Sheklashvili, pilier droit de Colomiers face à Grenoble Stéphanie Biscaye
Publié le

L’interrogation principale à Colomiers résidait cette semaine à savoir si l’expérimenté Beka Sheklashvili pourrait tenir sa place au poste de pilier droit, suite à sa blessure à la cuisse et à celle d’Hugo Pirlet.

Il a beau avoir 35 ans, Beka Sheklashvili est toujours aussi important dans le groupe columérin. D’autant plus à la veille d’un match capital comptant pour la phase finale du championnat. L’incertitude ? Elle est liée à la blessure subie par le pilier droit géorgien lors du match contre Narbonne le 8 avril dernier. Le résultat est le suivant : lésion à l’ischio-jambier conséquente et toute une fin de saison remise en question. Si l’intéressé montrait beaucoup d’enthousiasme à retrouver la compétition, et ce avant même la réception d’Agen, son staff a préféré jouer de patience. D’ailleurs, l’entraîneur des avants Fabien Berneau bottait en touche ce mardi à ce propos : « Deux joueurs sont là pour le suppléer et pousser la concurrence au poste de pilier droit : Kane Palma-Newport et Victor Leon. On fait confiance en tous les joueurs. Évidemment certains sortent du lot mais ils ont tous notre entière confiance. »


Une saison pleine de difficultés


L’embêtant, c’est que Beka Sheklashvili n’a pas pu pleinement profiter de la saison sur le point de se finir. Les pépins physiques l’ont contraint à ne débuter que six matchs cette saison, alors qu’il semblait avant la première journée détenir toujours une courte tête d’avance sur ses concurrents. « Déjà, il a l’expérience, ensuite effectivement sa masse et sa force sont un réel atout, commentait à son sujet le consultant à la mêlée Alexandre Castola. Évidemment, sa technique l’est aussi, tant il l’a aguerrie pendant de nombreuses années. »
Avec la rupture du ligament croisé de Victor Delmas et les blessures d’Hugo Pirlet à la main cet hiver et au pied il y a dix jours, cela a laissé une bien maigre marge de manœuvre au staff columérin. Victor Leon a quitté le Vaucluse où il évoluait à Bédarrides-Châteauneuf-du-Pape pour rejoindre le club en cours de saison et Kane Palma-Newport n’a plus joué entre le 27 janvier et le 15 avril. Quant à l’international moins de 20 ans Robin Bellemand, ses performances en sélection ont impressionné mais il a été jugé trop tendre pour le Pro D2. Sans compter que les blessures à gauche de la mêlée se sont également accumulées à tel point que le Muretain Pirlet a dû s’y coller. Et ce véritable casse-tête ne trouve pas encore d’épilogue, à quelques heures d’affronter Oyonnax rugby dont la conquête est redoutée. « Leur mêlée est complète, technique et massive. Elle est efficace et les joueurs ont de l’expérience, décrivait le spécialiste du secteur, qui a ouvert depuis plusieurs années un centre de performance de la mêlée. Mais on peut pousser fort nous aussi. Les joueurs se préparent depuis longtemps pour vivre des matchs comme celui-ci. Ils vont mettre tout en œuvre pour trouver des solutions. » Au match retour, les Columérins étaient parvenus à contenir la poussée oyonnaxienne. Mais c’était avec Beka Sheklashvili. Lors du barrage de l’année dernière, l’international géorgien était même allé de son essai… Qu’en sera-t-il cette fois ?

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?