Thomas : "On veut faire craquer leur défense"

  • Après avoir passé le cap des cent matchs sous les couleurs columérines, le deuxième ligne Jean Thomas veut croire en la victoire à Oyonnax. Après avoir passé le cap des cent matchs sous les couleurs columérines, le deuxième ligne Jean Thomas veut croire en la victoire à Oyonnax.
    Après avoir passé le cap des cent matchs sous les couleurs columérines, le deuxième ligne Jean Thomas veut croire en la victoire à Oyonnax. Hugo Pfeiffer - Icon Sport
Publié le

Jean Thomas (deuxième ligne de Colomiers), qui a connu sa centième avec Colomiers évoque la confrontation tant attendue à Oyonnax et la formation columérine, dont Alexandre Ricard, Ugo Séguéla et lui sont les plus beaux exemples.

Contre Agen, la pression de l’événement vous a contraint dans votre entame. Jouer en tant que sixième à l’extérieur est-il une façon de libérer cette pression ?

La pression est plutôt sur les épaules d’Oyonnax, c’est sûr. Personne ne nous attend vraiment. Cette position est confortable. On est les outsiders qui vont faire leur meilleur match de rugby possible. Nous, on y croit. Et on est jamais meilleurs que quand on est les seuls à croire.

Comment avez-vous vécu le cap des cent matchs de Pro D2 que vous avez passé avec le club ?

Je ne m’y attendais pas trop parce qu’au final, beaucoup de joueurs ont passé le cap des cent matchs. Et ils n’ont pas tout le temps été salués. Cette année, Colomiers a fait un effort pour récompenser ce genre d’événements. Et effectivement ça rend fier. C’est toujours cool de pouvoir célébrer ce genre de choses. Même si je n’y accorde pas une importance capitale. Je préfère que l’équipe tourne bien plutôt qu’enchaîner les matchs à titre personnel.

Vous êtes issu de la formation columérine après avoir commencé à l’âge de 6 ans au club. La formation est-elle toujours au rendez-vous ?

Même si les espoirs ont manqué la qualification de peu, on a une super formation à Colomiers. Et c’est le cas depuis quelque temps. Il y en a qui performent maintenant au plus haut niveau. On voit qu’une très belle génération arrive. Les joueurs qui ont "matché" l’année dernière ou cette année prennent de plus en plus d’importance dans le groupe. C’est sûr que ça fait du bien pour le groupe d’avoir cette formation qui amène du sang neuf.

Au point de mettre au défi les joueurs déjà installés ?

Les anciens nous devons nous mettre au diapason quand un jeune arrive au haut niveau et sort un gros match pour gagner sa place. On doit être encore plus performant.

À 28 ans, vous vous mettez déjà dans le panier des anciens…

(rire) Je ne sais pas si je peux me considérer comme un ancien. Je suis un peu entre deux, dans cette période charnière que tu ne vois pas forcément passer, quand tu n’es plus un jeune et pas encore vraiment un ancien. Tu dois prendre ce rôle d’ancien. Quand les jeunes montent, il faut aussi les accompagner. Personnellement, en ayant connu la formation columérine, je suis fier de pouvoir transmettre un peu à ceux qui ont connu le même parcours que moi. De ce point de vue là, j’ai un peu un rôle d’ancien.

Vous semblez tenir ce rôle auprès d’Alexandre Ricard, l’une des révélations de la saison…

Il prend son envol. Il mérite complètement sa place. Pour moi, Alex a un énorme potentiel, la capacité à jouer au-dessus. C’est vrai, je suis souvent avec lui car je m’entends très bien et on a des parcours similaires, avec les mêmes études d’ingénieur. Même s’il est arrivé plus tard, il est formé à Colomiers. Nos chemins sont assez similaires.

Si les compteurs sont remis à zéro, les deux victoires acquises dans la saison sont-elles un facteur rassurant ?

Ça permet d’avoir plus de confiance sur le match à venir. Oyonnax est une équipe qui nous réussit plutôt bien depuis qu’on les rencontre mais ça ne nous empêche pas de perdre contre eux en phase finale l’an dernier. Notre objectif, c’est de voir s’ils sont capables de tenir des séquences longues. On veut faire craquer leur défense.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?