TOP 14 - Biarritz veut fêter dignement ses partants

  • Les Biarrots veulent réaliser une belle prestation devant leur public face à Clermont pour "fêter" les partants, à l’image du talonneur Lucas Peyresblanques. Photo Icon Sport
    Les Biarrots veulent réaliser une belle prestation devant leur public face à Clermont pour "fêter" les partants, à l’image du talonneur Lucas Peyresblanques. Photo Icon Sport
Publié le

Pour son dernier match de Top 14 à Aguilera, Biarritz va tenter d’offrir un succès à son public pour le remercier de sa fidélité et, au passage, rendre hommage à ceux qui quitteront le club.

Avec sept défaites d’affilée et plus de trois mois sans victoire en championnat, la fin d’aventure du BO dans l’élite du rugby français ressemble à un long chemin de croix. Aussi généreux et volontaires soient-ils, les Basques étaient, finalement, trop limités, notamment au niveau de la profondeur d’effectif, pour rivaliser dans l’univers impitoyable du Top 14. "Je n’ai pas hâte que cette saison se finisse. Elle va se terminer, mais je veux que ce soit de manière positive, nuance le directeur sportif Matthew Clarkin. La première occasion pour chercher quelque chose de positif a lieu samedi, devant nos supporters qui ont répondu présent toute cette année."

Dans un match sans enjeu sportif pour le BO, déjà relégué en Pro D2, et face à une équipe de Clermont qui n’a plus son destin en main dans la course à la qualification aux phases finales, offrir une sortie digne de ce nom aux Biarrots qui quitteront le club sera le seul véritable objectif dans les rangs basques. Pour cause, ils seront nombreux, samedi après-midi, à fouler la pelouse d’Aguilera pour la dernière fois. Parmi les départs déjà actés, il y a ceux qui s’en iront vers d’autres horizons (Cronin, Akhobadze, Ruffenach, Peyresblanques, Gimeno, Armitage, Erbani, Hirigoyen, Stark, Nicoué) et ceux qui raccrocheront les crampons après de longues et belles carrières (Da Ros, Lucu, Cramond). Une quinzaine de départs et autant de raisons de réussir cette dernière à domicile. "Pour qu’on puisse passer une belle soirée ensemble, il faudra, avant tout, faire une belle prestation, insiste Clarkin. Nous devrons rapidement montrer aux Clermontois qu’on n’est pas là pour leur filer cinq points. Il faudra être capable de faire un vrai match de rugby. Le meilleur des hommages pour ce dernier match à la maison, c’est de mettre, sur le terrain, l’équipe qui peut gagner."

Une coupure bénéfique ?

Pour y parvenir et essayer de faire tomber l’ASM, le Biarritz olympique espère que la trêve européenne et les trois semaines sans match auront fait du bien à son effectif. Pour cause, handicapé depuis de longs mois par plus de vingt blessures, le club basque a manqué de carburant afin de finir ses parties, dernièrement, et a souvent craqué en seconde période. "C’est sûr que ces trois semaines ne nous ont pas fait de mal, sourit le patron du secteur sportif. Après, pour certains, le rendez-vous de samedi sera un match à part. Alors ce ne sera pas un derby, mais quand il le faut, je sais que des joueurs peuvent trouver des ressources nécessaires pour répondre présent." Et s’offrir, une sortie à Aguilera, digne de ce nom.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pablo ORDAS
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?