Une savoureuse pression pour l’Usap

  • Une savoureuse pression pour l’Usap.
    Une savoureuse pression pour l’Usap. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Personne ne s’est imposé à Castres cette saison. L’Usap aborde ce rendez-vous avec plus à gagner qu’à perdre.

Pour la première fois de la saison, l’Usap aura les honneurs de l’affiche du dimanche soir de Canal +. Cette exposition médiatique est en grande partie due aux contraintes imposées par le calendrier des Coupes d’Europe. Au-delà du prestige, cette programmation donnera à son rendez-vous de la 25e journée une autre teneur.

En effet, quand les Catalans entreront sur la pelouse de Pierre-Fabre, ils connaîtront le résultat des Brivistes : si leurs concurrents directs l’ont emporté la veille face à Toulouse, les Sang et Or seraient contraints à l’exploit à Castres pour entretenir l’espoir d’une douzième place ; en cas de revers corrézien, ils auraient en quelque sorte un joker à leur disposition. Dans le fond, ça ne changera pas grand-chose, nous direz-vous : l’Usap se doit de gagner en cette fin de saison. Si ce n’est pas à Castres ni face à Bordeaux-Bègles, ce devra être à Oyonnax, Mont-de-Marsan ou peut-être Bayonne.

"Conscient de la supériorité des Castrais"

Les phases finales ont déjà commencé pour les Sang et Or. Patrick Arlettaz et son staff, portés par l’expérience des titres de Pro D2 en 2018 et 2021, veulent tirer de cet enjeu maximal un supplément d’âme : "La pression, elle est ce qu’on en fait. On sait que nous l’aurons jusqu’à la fin. C’est à nous de faire en sorte qu’elle soit positive. C’est la nier qui la rend négatif. Il faut l’accepter pour qu’elle nous rende plus fort." Il faudra que les Catalans le soient plus que jamais dans le Tarn pour s’imposer là où personne n’est sorti vainqueur depuis décembre 2020. "Il ne faut pas que l’on oublie ce que l’on est pour être lucide. On va aiguiser nos armes en étant conscient de la supériorité des Castrais." Oui, le CO, troisième, est supérieur en tout point ou presque. Mais l’Usap, si elle règle sa touche, a quelques arguments pour rivaliser à l’extérieur. À Pau, elle avait été proche de l’emporter avec le bonus offensif ; à Toulon et La Rochelle, elle était dans les clous du bonus défensif à l’heure de jeu.

A contrario, si les Tarnais restent sur vingt matchs sans revers à la maison, ils s’imposent de "seulement" huit points en moyenne, cinq des douze équipes venues à Pierre-Fabre ayant glané un bonus défensif. Alors, pourquoi pas les Catalans ? Et pourquoi pas mieux ? Avec la magie des phases finales, tout peut arriver, paraît-il…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?