Oyonnax se retrouve

  • Les Oyomen ont remis leur rugby dans l’ordre pour triompher avec patience de vaillants columérins. Cap sur la demi-finale pour le groupe de Joe El Abd.
    Les Oyomen ont remis leur rugby dans l’ordre pour triompher avec patience de vaillants columérins. Cap sur la demi-finale pour le groupe de Joe El Abd. Photo Jean-François Basset - Photo Jean-François Basset
Publié le

Efficaces en conquête, appliqués en défense, présents dans le combat, les Oyomen ont renoué avec leurs vertus pour gagner leur place en demi-finale.

Quel que soit l’interlocuteur, la même formule revient en boucle dans le vestiaire oyonnaxien : "Nous avons retrouvé notre état d’esprit, celui qui nous avait permis d’enchaîner les victoires à un moment de la saison." À ce constat unanime, Joe El Abd se contente d’apporter une nuance pas si anodine : "En réalité nous n’avions pas perdu cet état d’esprit, par contre nous avons été en mesure de l’afficher à nouveau à un moment crucial."

Comme il sait si bien le faire sur le terrain, Charlie Cassang vient à la relance : "On a retrouvé les Oyomen, ceux du début de championnat. Au moment d’attaquer ce match, compte tenu de nos derniers résultats, on ne peut pas dire que nous étions en confiance. À partir de là, il était essentiel de nous recentrer autour de nos points forts. C’est ce que nous avons fait. Au final on peut être satisfait du résultat autant que du comportement de l’ensemble du groupe dans un match serré dont nous n’avons jamais perdu le fil. Il y a peu, nous nous serions mis la pression après l’essai qui nous a été refusé. Là, personne n’est sorti du cadre. Nous sommes restés dans notre match, concentrés sur notre objectif de victoire".

L’une des illustrations de ce comportement à la hauteur de l’événement tient à la solidité des Oyomen en défense, dans le sillage de Gabiriele Lovobalavu et Kevin Lebreton, omniprésents face à des Columérins qui pourtant s’étaient promis de les faire craquer dans ce secteur du jeu. "Nous n’avons pas su mettre en place notre rugby, mais Oyonnax a répondu présent", concède Anthony Coletta, le capitaine de Colomiers.

Hausser encore le niveau

Charlie Cassang a aussi son explication : "Nous aimons laisser jouer l’adversaire pour peu à peu l’asphyxier et le pousser à la faute. Dans ce match, l’une des clés de notre victoire tient au fait que chacun a su respecter son rôle. Il y a eu de la maîtrise, même avec un score serré personne ne s’est affolé, personne n’a cherché à y aller de son action personnelle. Ce sont les leaders qui ont pris les choses en main, conformément à notre schéma de jeu." Aussi impliqués qu’appliqués, les Oyomen ont véritablement tenu leur match. Jules Soulan apprécie : "Nous n’avons jamais eu le sentiment d’être en danger parce que nous avons toujours su conserver notre maîtrise." Le deuxième ligne Valentin Ursache valide, heureux que son dernier match à Mathon ne soit pas le dernier match de sa carrière explique : "C’est beaucoup d’émotion, beaucoup de fierté aussi. En perdant face à Provence Rugby nous nous étions loupés une fois, il n’était pas question de le faire deux fois. Au moment le plus important de la saison, le groupe a montré ses qualités dans le combat et l’agressivité. Il faudra être dans le même état d’esprit à Bayonne".

À peine le barrage contre Colomiers franchi, le groupe s’est projeté vers la demi-finale, à l’image de Joe El Abd laconique dans son analyse de la victoire pour mieux évoquer la suite : "Nous avons des certitudes sur notre jeu, mais il faudra encore hausser le niveau."

Jules Soulan a lui aussi déjà la tête à la demi-finale : "Notre objectif n’était pas de gagner un barrage, mais de jouer la montée. Sur la route du top 14 nous avions trois matchs, il y en a déjà un de coché."

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Jean-Pierre DUNAND
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?