Biarritz tourné vers l’avenir

  • Barnabe COUILLOUD (Biarritz).
    Barnabe COUILLOUD (Biarritz). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Une nouvelle fois battu devant son public, Biarritz aura connu huit revers pour cinq succès à Aguiléra. Insuffisant pour espérer se maintenir en Top 14.

Au moment de jeter un coup d’œil dans le rétroviseur et de tirer un bilan de la saison qui venait de s’écouler, samedi soir, l’entraîneur des avants du Biarritz olympique, Shaun Sowerby, s’est rappelé qu’il y a un peu moins d’un an, à la même place, il savourait la victoire de ses joueurs dans le match d’accession face à Bayonne. Un moment "extraordinaire" qui fut "fêté comme il fallait" et qui a donc envoyé le BO en Top 14.

Onze mois plus tard, Biarritz a disputé son dernier match dans l’élite à Aguiléra, avant un déplacement périlleux à Toulouse dans deux semaines, pour clôturer l’aventure des Basques en Top 14. Que retiennent-ils de ce passage court, mais intense, chez les plus grands ? "Nous avons été confrontés à des clubs structurés, qui ont une rigueur et un vécu supérieurs à ce que nous avons connu, soulignait l’ancien troisième ligne centre samedi soir. J’avais dit, en début de saison, que si on pouvait faire 80 minutes à notre meilleur niveau collectif, on pourrait lutter contre les meilleures équipes du Top 14. En revanche, si on ne les avait pas dans les jambes, ça allait être très difficile." Ses propos se sont une nouvelle fois vérifiés face à Clermont, où le BO a tenu une grosse mi-temps, avant d’être "dépassé par plus fort" (Sowerby) et de craquer.

Saili va partir

Ce match, sans enjeu pour les Basques, aura néanmoins permis de voir une partie de la jeunesse sur laquelle le BO compte rebâtir, la saison prochaine. Qu’ils se nomment Joe Jonas (21 ans), Baptiste Erdocio et Kerman Aurrekoetxea (22 ans), Barnabé Couilloud (23 ans) ou Zakaria El Fakir (25 ans), tous devraient être là, à la rentrée 2022, pour commencer une aventure à l’échelon inférieur. Francis Saili, James Hart ou Alexandre Nicoué, célébrés parmi les partants, n’en feront pas partie. Concernant le futur du trois-quarts centre All Black, deux pistes sont, aujourd’hui, à l’étude : il pourrait évoluer, l’an prochain, dans un autre club de Top 14 ou rentrer dans son pays natal, en Nouvelle-Zélande. P. O.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pablo Ordas.
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?