Pau, la conquête a failli

  • L'équipe Paloise, face à Toulon.
    L'équipe Paloise, face à Toulon. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Venus sans pression dans le Var, les Palois ont donné du fil à retordre aux Rouge et Noir, malgré un score lourd. Sans conquête, l’exploit était impossible à réaliser.

La bataille fait rage pour le maintien et le Top 6, pendant ce temps, Pau, à l’instar du Stade français Paris, joue le rôle d’arbitre. Les hommes de Sébastien Piqueronies ont pourtant pris leur fonction à cœur, samedi dans la fournaise de Mayol. À l’heure du bilan, après une sèche défaite, Thomas Domingo a pointé du doigt la principale lacune des Verts : "On a des regrets quand on voit le score. On a eu un déficit en conquête." En mêlée fermée, l’édifice béarnais a vécu un cauchemar : quatre pénalités sur sa propre introduction. Toulon a insisté pour punir le mauvais élève en faisant exploser le compteur de fautes concédées (quatorze). En fin de rencontre, Calles a payé d’un carton jaune la mauvaise tenue de l’après-midi. Sous les yeux de Louvet, Champ et Loppy, honorés par les leurs pour les 30 ans de la victoire du Brennus, Mayol a ri et apprécié. À cela, vous ajoutez deux ballons égarés en touche et le constat est sans appel : "Derrière ça, c’est impossible de lancer du jeu. Il faudra remédier à ce problème…", a pesté l’entraîneur de la mêlée.

Pau s’est accroché

Malgré la Bérézina, la Section a montré des vertus intéressantes, notamment dans le deuxième acte. Derrière la belle entrée de Hastoy, les Béarnais ont relevé la tête et dominé la meilleure équipe actuelle du Top 14, qui s’était permis de faire tourner pour de multiples raisons (fatigue, finale européenne, JIFF). Au retour des vestiaires, les Palois ont été joueurs et entreprenants avec le ballon dans les mains (63 % de possession). Comme rarement ces dernières semaines, la défense toulonnaise a été dépassée (vingt-huit défenseurs battus par Pau). Forcément, à force de déplacer et porter l’ovale, les équipiers de Le Bail ont été récompensés par les essais de Tuimaba, venu conclure une superbe action collective de plus de cinquante mètres, et d’Hewit, tout en puissance : "On doit valoriser notre état d’esprit, celui de ne rien lâcher jusqu’au bout, a poursuivi l’ex-pilier de l’ASMCA. On a envie que ça soit identifié chez nous. On doit être rudes à jouer. On a tout fait pour aujourd’hui."

Sur les bords de la Méditerranée, tout n’était donc pas à jeter. Loin de là, même ! "On va basculer sur notre dernier match à domicile (face au CO, dans deux semaines, N.D.L.R.) pour finir de la meilleure des manières. On doit faire un bon match devant un stade plein. Il y aura beaucoup d’envie pour finir comme il faut."

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
M. M.
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?