Pour Brive, l’histoire se répète

  • Enzo HERVE (Brive).
    Enzo HERVE (Brive). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Une nouvelle fois contrariés en conquête et trop imprécis, notamment dans le jeu au pied, les Brivistes n’ont pu rivaliser face à Toulouse. Il reste désormais un déplacement à Paris pour tenter de sécuriser le maintien.

Depuis que les Brivistes sont en mesure de valider leur maintien, il y a comme une sensation de fébrilité qui s’installe dans les rangs corréziens. Et depuis la défaite contre Lyon il y a un mois, les Brivistes manquent le coche par de trop nombreuses imprécisions. C’est le cas notamment en conquête, et plus particulièrement en touche où les hommes de Jeremy Davidson ont pourtant été si efficaces tout au long des trois-quarts de la saison.

"Nous n’avons pas pu imposer notre jeu à cause d’imprécisions trop nombreuses, notamment quatre touches pas droites alors que nous sommes seuls en l’air sans trop de pression, pestait le manager corrézien. Nous avons fait trop de fautes pour espérer exister contre cette équipe de Toulouse. Nous sommes très déçus, car c’était une journée incroyable au niveau de l’ambiance et des émotions." Le talonneur Florian Dufour n’hésitait pas à prendre sa part de responsabilités. "Je suis très déçu de ma prestation, je n’ai pas fait un bon match. Dès le début, ces lancers pas droits m’ont mis un peu le "bouillon" et ensuite il est difficile de sortir de cette spirale négative."

Hirèche, l’autre coup dur

Et puis comme si la soirée n’était pas assez difficile, malgré l’incroyable soutien populaire du peuple corrézien, les Brivistes ont perdu leur capitaine emblématique Saïd Hirèche en début de deuxième mi-temps, blessé à la jambe et rapidement parti à l’hôpital de Toulouse où il a été opéré en urgence d’une fracture du péroné (trois à quatre mois d’absence). "C’est un coup de massue supplémentaire, reconnaît Paul Abadie. Mais encore une fois, il faudra relever la tête rapidement pour aller chercher le maintien." Un maintien qui passera donc par une performance à l’extérieur que les Corréziens n’ont pas encore fait cette saison. "Il va falloir faire un coup à l’extérieur, il n’y a plus le choix", conclut Florian Dufour. Ce sera soit à Paris dans deux semaines, soit le dimanche 12 juin face au finaliste de Pro D2…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Midi-Olympique
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?