Soyaux-Angoulême prend une option

  • En s’imposant de sept points à Valence, les Angoumoisins ont pris une petite option avant le match retour. Photo Hervé Coste
    En s’imposant de sept points à Valence, les Angoumoisins ont pris une petite option avant le match retour. Photo Hervé Coste
Publié le

Les Damiers ont été à la peine face à une excellente équipe charentaise. Les dix dernières minutes leur laissent un espoir pour le match retour.

Cette première manche a été remportée aux poings par les Charentais. Les Damiers sont passés près du K.-O. mais gardent une chance de renverser la vapeur. Ils devront élever leur niveau et faire preuve de plus de cohésion. Chez le vainqueur du jour, c’est l’humilité qui domine : "Nous ne sommes qu’à la mi-temps" insiste Vincent Etcheto. pour Valence – Romans, Johann Authier ose croire à un retournement de situation : "Il nous reste un match. À nous de travailler les lacunes identifiées aujourd’hui. Nous nous étions imposés à Chanzy. Mais dimanche prochain, c’est un autre contexte. Nous devrons faire monter un rugby plus cohérent."

Une analyse corroborée par François Uys : "Il nous faut améliorer notre jeu. Mais rien n’est fait. Nous ne lâcherons rien". Les regrets sont éternels. Soyaux-Angoulême peut se nourrir de cette citation. C’est une équipe sûr de ses forces, maîtrisant parfaitement le jeu qui à la 62e, menait (20-6). En plusieurs occasions, elle a flirté avec le bonus offensif. C’était son objectif. C’était sans compter sur indiscipline que Vincent Etcheto a pointé du doigt. "Nous avons été trop indisciplinés et ce alors que la possession du ballon était notre faveur." Johann Authier nourrit lui aussi des regrets : "C’est un match pas très bien maîtrisé. Nous étions dans un faux rythme… ce qui m’embête c’est notre entame… notre manque de patience". Et de noter également le manque de "discipline".

Valence-Romans en manque d’inspiration

Les coéquipiers d’Alexis Armary ont été contrés sur leurs points forts. Moins dominateurs en mêlée, la sortie prématurée du pilier gauche Sami Zouhaïr (11e) a perturbé la machine drômoise. Les Charentais ne sont pas allés au contact sur les ballons portés. Une stratégie qui a été payante notamment en première période. Ce n’est que dans le dernier quart d’heure que les locaux ont pris le dessus. La défense, l’un des points clés du système drômois a souffert face à la vitesse, au sens de déplacement des lignes arrière emmenées par un excellent Inaki Ayarza.

En difficulté durant 65 minutes, les damiers peuvent encore nourrir des espoirs. Les dernières minutes, en plusieurs occasions, ils ont échoué sur la ligne d’en but charentaise. Une lueur d’espoir et une volonté de ne pas rendre les armes les anime pour le match retour. "On ne va pas tergiverser trop longtemps. Il nous reste une semaine pour travailler, jouer et gagner. Rien n’est perdu", lance Johann Authier.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Denis Ravanello.
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?