Toulouse, la sérénité incarnée

  • Toulouse, la sérénité incarnée.
    Toulouse, la sérénité incarnée.
Publié le

En infériorité numérique durant les trois-quarts du match, les Toulousains n’ont jamais tremblé ou semblé paniquer pour venir à bout des Brivistes. Une victoire qui leur ouvre grand la porte des phases finales.

À Brive, les Toulousains passaient un test de caractère. Encore plus quand le pilier droit, pourtant expérimenté, Charlie Faumuina dégoupillait et aillait asséner un déblayage violent dans les cervicales du droitier briviste Luka Japaridze (17e). Résultat : carton rouge contre le All Black aux 50 sélections et les trois-quarts du match restant à jouer à quatorze. Mais il en fallait bien plus pour contrarier les champions de France en titre. Dans le sillage d’une charnière parfaite, d’un Thomas Ramos impérial que ce soit dans l’occupation ou face aux perches (un seul échec de la ligne médiane), les hommes d’Ugo Mola n’ont jamais semblé en difficulté.

"On a abordé ce match avec beaucoup de pragmatisme, de lucidité. Même si on prend un carton rouge assez rapidement, qui nous met un peu "dedans" notamment sur nos ambitions de jeu, je pense que nous avons fait un match plutôt correct. Stratégiquement, tout le monde a été dans le même sens. Nous avons mis du jeu au pied d’occupation. Nous avons été bons défensivement, ce qui nous a permis de gratter les ballons qu’il fallait. Nous les avons mis sous pression, et nous n’avons pas laissé espérer cette équipe de Brive très longtemps." Constat lucide et on ne peut plus clair de la part du métronome toulousain, Romain Ntamack.

Un problème de piliers à venir ?

Après cette prestation aboutie des Rouge et Noir, ceux-ci s’ouvrent en grand la porte des phases finales avant de recevoir Biarritz dans deux semaines pour en terminer d’une longue et éprouvante phase régulière. Avant cela, place à la récupération et à un peu de repos pour Romain Ntamack et ses coéquipiers. "Malheureusement, nous aurions aimé être en finale de Coupe d’Europe. Mais nous allons prendre ce week-end de repos parce que ça fait longtemps que l’équipe n’a pas coupé, que le groupe tourne à plein régime et qu’il n’y a pas trop de changements à cause des blessures. Tout le monde est sur le pont depuis pas mal de temps et ça va faire beaucoup de bien. Et nous allons nous en servir pour bien finir cette saison."

Deux semaines pour soigner les corps notamment des piliers puisqu’après Rodrigue Neti, c’est l’États-Unien David Ainu’u qui est sorti le bras en écharpe. Ajoutez à cela la probable suspension de Charlie Faumuina, les Toulousains se retrouvent un peu à court de solution en première ligne… "On a la chance, avec les doublons, d’intégrer de jeunes joueurs. On va continuer de travailler avec eux pour avoir des ressources et aligner une équipe compétitive malgré ces absences", conclut Virgile Lacombe.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?