Cruel final pour Toulouse

  • Cruel final pour Toulouse.
    Cruel final pour Toulouse. - Stéphanie Biscaye
Publié le

Les Toulousains ont frôlé l’exploit à Huddersfield. À trois minutes du terme, un drop de Jack Cogger a sonné le glas des espérances toulousaines.

Les oppositions entre Toulouse et Huddersfield se suivent et ne se ressemblent surtout pas. Lors de la journée inaugurale à Ernest-Wallon, on se souvient que le promu toulousain avait essuyé une sévère défaite, 42 à 14, et vécu un véritable calvaire en seconde période. Vendredi soir, Huddersfield, certes privé de son leader de jeu Théo Fages et polarisé sur la finale de Cup samedi à Tottenham face à Wigan, l’a vraiment échappé belle. La lanterne rouge toulousaine a failli créer l’exploit sur l’herbe du John’s Smith Stadium.

Après avoir bien maîtrisé le débat pendant plus de soixante-quinze minutes, l’équipe de Sylvain Houles a (malheureusement) baissé la garde dans les cinq dernières minutes. Revenu à la parité au tableau d’affichage (16-16), Huddersfield n’a pas manqué la balle de match à trois minutes du terme. Un en-avant du centre Mathieu Jussaume dans la zone des vingt mètres, a fait le bonheur de l’ouvreur d’origine australienne, Jack Cogger. Ce dernier a claqué le drop-goal victorieux, conforté sa formation dans le top 4 et maintenu le Toulouse olympique à l’ultime place du classement à deux longueurs de retard de Wakefield (battu au même instant par Leeds).
 

Des raisons d’espérer

« La déception est le sentiment dominant, déclarait au terme de la rencontre, Sylvain Houles. On fait jeu égal avec une équipe du top 4, on mène au score durant la majeure partie du débat et au final, on ne ramène aucun point, c’est dur. »

Or sur le contenu de la rencontre, il y a de bonnes raisons d’espérer dans l’optique du maintien. Pour sa première feuille de match, l’australien Corey Norman a remplacé avec succès à l’ouverture Tony Gigot mis au repos. « Nous sommes en train d’élever notre niveau de jeu, nous sommes meilleurs dans nos transitions offensives. À l’avenir, nous devons être plus rigoureux », ajoute le coach toulousain. Désormais, le TO a deux semaines pour préparer la réception de St Helens le 4 juin. Rappelons que les Olympiens avaient créé l’exploit le 19 mars dernier (22-20) face au tenant du titre. Ils sont capables de récidiver. Dans la frustration de la défaite, on trouve toujours des ressources pour rebondir.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?