Champions Cup - La Rochelle - Leinster : une finale pour deux duels

  • L'un des duels chocs de cette rencontre : Alldritt et Conan
    L'un des duels chocs de cette rencontre : Alldritt et Conan
Publié le

Découvrez deux duels attendus dans le match. Devant, les deux grands huit Alldritt et Conan s'opposeront tandis que Danty et Henshaw se livreront également un duel à distance.

Les infatigables chars d'assauts

Au sommet de leur art, les deux troisième ligne centre vont se livrer un duel titanesque ce samedi à Marseille.

C’est, à n’en point douter, le match dans le match. Celui qui opposera deux des meilleurs spécialistes au poste de numéro huit du monde à l’heure actuelle. Grégory Alldritt, troisième ligne centre du XV de France, contre Jack Conan, son homologue du XV du Trèfle et des prestigieux Lions britanniques et irlandais. Autant de formations qui sont à la pointe du rugby mondial et dans lesquelles les deux hommes sont absolument indiscutables. En club naturellement, c’est la même chose. À ceci près que l’on pourrait peut-être dire qu’Alldritt est encore plus important dans le système de jeu rochelais que l’est son alter ego dans celui du Leinster, davantage porté vers la performance collective plutôt que sur les individualités. On s’en rend bien compte en analysant les statistiques qui ont été compilées dans cette Champions Cup 2022: avec un total provisoire de 113 ballons joués à la main, le Gersois est le joueur qui a été le plus sollicité de toute la compétition. Ses poursuivants, les Leinstermen Caelan Doris (72) et Jack Conan (71) sont loin derrière. Un fait qui s’explique aussi parce que du côté irlandais, la répartition est davantage équilibrée entre les troisième ligne, puisque Josh Van der Flier n’est pas en reste (46) alors que Victor Vito n’en compte que 28. En clair, Alldritt est le porteur de balle prioritaire, du Stade rochelais, l’un de ceux par qui les relances passent quasi systématiquement. Et, accessoirement, celui qui bat le plus grand nombre de défenseurs. Les Leinstermen le sauront, et Conan devra s’atteler à stopper le plus tôt possible le Rochelais. Comme Alldritt, Conan est un monstre d’endurance. Il tient les matchs sans faiblir, et ne rechigne à aucune tâche, même les plus obscures. Contre le Stade toulousain, Conan a joué 80 minutes, sans sourciller, et en terminant la rencontre avec les meilleures statistiques de son équipe. Mais encore une fois, le Leinster n’est pas "Conan-dépendant" comme la Rochelle est "Alldritt-dépendante". Sauf qu’au vu des performances XXL qu’aligne le Tricolore depuis des mois, on voit mal comment il passerait à côté de sa finale. Par Simon Valzer

Entre découverte et certitudes

Alors qu’ils ne s’affronteront que pour la deuxième fois, le duel entre les deux hommes ne devrait pas pour autant être placé sous le sceau de l’incertitude.

Dans un circuit qui multiplie plus que jamais les rencontres, les joueurs internationaux se connaissent aujourd’hui par cœur. Et pourtant, malgré tout, des joueurs confirmés peuvent encore se découvrir lors d’un grand rendez-vous, ce dont le duel entre Jonathan Danty et Robbie Henshaw constitue probablement le meilleur exemple. Confortablement installés dans un costume de titulaire de leur sélection nationale, les deux perforateurs de La Rochelle et du Leinster vont se découvrir au sens propre comme au figuré, sur la pelouse du Vélodrome. En effet, faute de pérennité du Stade français au meilleur niveau, les Paris-Leinster se sont faits denrée rare au niveau européen depuis une dizaine d’années (une seule finale de Challenge en 2013, à laquelle Danty ne participait pas), tandis que le néo-Rochelais n’a pas pris part aux deux derniers France-Irlande (respectivement disputés par Vincent puis Moefana aux côtés de Fickou). Alors bien sûr, pour être tout à fait exact, Henshaw et Danty se sont tout de même affrontés une fois : lors d’un match du Tournoi des 6 Nations 2016 (victoire des Bleus 10-9) qui remonte à beaucoup trop loin pour en conserver le moindre souvenir. Autant dire que c’est pratiquement d’une page blanche que partiront les deux hommes pour préparer leur match dans le match… même si, à vrai dire, le sceau de leur confrontation ne sera pas exactement placé sous le signe de l’incertitude ! Car au vrai, ce n’est pas par l’imprévisibilité de leurs courses que brillent Danty comme Henshaw, leur première mission demeurant évidemment de gagner la ligne d’avantage. Autant dire que le défi sera permanent entre les deux hommes qui chercheront forcément à "agresser" en attaque les stratèges adverses Sexton et West, leur rôle défensif consistant à empêcher l’autre de parvenir à ses fins. Une partition certes obscure, à laquelle il faudra évidemment ajouter un combat intense dans les phases de ruck, mais dont le vainqueur du mano à mano pourrait bien conférer un avantage stratégique essentiel à son équipe. Par Nicolas Zanardi

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?