Demi-finale d'Elite 1 : Blagnac veut sa revanche face à l'ASM Romagnat

  • Demi-finale d'Elite 1 : Blagnac veut sa revanche face à l'ASM Romagnat
    Demi-finale d'Elite 1 : Blagnac veut sa revanche face à l'ASM Romagnat Stéphanie Biscaye - S.BISCAYE/FFR
Publié le

Dans ce remake de la dernière finale du championnat de france que Blagnac avait perdu à domicile, les blagnacaises sont revanchardes et veulent s’offrir une deuxième finale.

Le titre est trompeur. Car à Blagnac, on ne parle pas de revanche. Du moins pas encore. Et c’est bien là le paradoxe : « Non, pour l’instant nous n’avons pas évoqué cette finale perdue, nous confiait en ce milieu de semaine Nicolas Tranier, l’entraîneur en charge des avants. Mais nous savons qu’inévitablement, cette finale est dans toutes les têtes. Il est donc inutile de le marteler dès le début de semaine. » Le technicien n’a pas tort. Sitôt les résultats des quarts tombés, tout le monde a aussitôt pensé à cette finale perdue par Blagnac (13-8) alors qu’elle avait l’avantage de la jouer dans son jardin, à Ernest-Argelès. Pour tout vous dire, Le souvenir est d’autant plus douloureux que ce jour-là, les Blagnacaises étaient passées à côté. Pas dans l’engagement, mais surtout sur le plan tactique.

Voilà pourquoi le staff du BRF n’a pas besoin de remuer le couteau dans la plaie. Côté Clermont, c’est un peu pareil : on ne veut pas donner trop d’importance au passé, même si celui-ci est plus agréable : « Le match sera différent de la finale de l’an dernier, tranchait Fabrice Ribeyrolles, l’entraîneur de Romagnat. Déjà il devrait faire beau, et puis ce ne sont plus tout à fait les mêmes équipes. Il y a un vécu collectif en plus, de nouvelles internationales de leur côté, quand trois des nôtres seront forfaits (Thomas, Sgorbini, Pignot). Il y aura moins de pression sur Blagnac avec ce match en terrain neutre. » Du côté du BRF, on souligne la qualité de l’adversaire : « Romagnat est un club qui grandit. Son équipe première est costaude, patiente, et pleine de caractère comme en a témoigné sa victoire en quart de finale à la 83e minute contre Montpellier », expliquait Tranier.

Mayans : « Les sentiments personnels doivent passer après l’intérêt de l’équipe »

Un soleil printanier, un beau stade, deux adversaires en pleine forme, un passif récent les opposant… toutes les conditions sont réunies pour offrir une sublime demi-finale, qui au-delà de ce que nous avons évoqué jusqu’ici, sera assurément chargée émotionnellement dans les têtes. Car qui dit phases finales dit fins d’aventures. La semaine dernière, Blagnac avait célébré comme il se doit trois de ses joueuses emblématiques qui jouaient leur dernier match à Ernest-Argelès : la deuxième ligne Amélie Mugnier, la troisième ligne Marjorie Mayans et l’ailière Sarah Aguado. Ces trois joueuses devraient être titulaires à Brive. Et elles savent pertinemment que tout peut s’arrêter d’un moment à l’autre : « Bien sûr qu’inconsciemment, je l’ai dans un coin de ma tête et que je profite de chaque instant, déclarait Marjorie Mayans, mais il faut que chacune fasse abstraction de ce contexte pour rester concentrée sur le match. Les sentiments personnels doivent passer après l’intérêt de l’équipe. » Mais est-ce vraiment possible ? « Après, cela va forcément ressortir à un moment, c’est le genre de choses qui apportent un petit supplément d’âme », admettait celle que les Anglo-saxons ont surnommé la « Blonde Destroyer ». Histoire de prolonger un peu cette jolie aventure…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Simon VALZER
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?