Pro D2 - William Wavrin (Mont-de-Marsan) : « Cette saison est peut-être la bonne »

  • William Wavrin attend la demi-finale avec impatience avec comme objectif la victoire et le titre de champion de Pro D2.
    William Wavrin attend la demi-finale avec impatience avec comme objectif la victoire et le titre de champion de Pro D2. Photo Icon Sport
Publié le

Comme l’ensemble du club landais, le capitaine William Wavrin rêve d’apothéose en se concentrant pour l’instant sur cette demi-finale contre Nevers qui s’annonce indécise.

Quelles sont vos sensations à l’approche de l’évènement ?

L’excitation est là, forcément. On attend ce match avec beaucoup d’impatience. Personnellement, j’ai la chance d’avoir connu ce genre d’évènement, ce sont des moments qu’il faut vivre de manière positive.

En tant que capitaine, comment abordez-vous cette rencontre ?

Je suis un capitaine plutôt pédagogue me semble-t-il. J’essaie d’être dans l’échange et de transmettre les bonnes ondes. Dans la préparation de ce match, j’essaie de rassurer ou de calmer ceux qui en ont besoin, de recentrer tout le monde sur les bonnes attitudes, mais aussi d’être attentif aux jeunes joueurs pour qu’ils ne soient pas perturbés par la pression.

Malgré votre magnifique saison, avez-vous à l’esprit que vous pouvez tout perdre sur ce match ?

Si en début de saison on nous avait dit que nous finirions premiers du championnat, nous aurions signé tout de suite. Cela pour dire que quoi qu’il arrive, personne ne nous enlèvera ce que nous avons déjà réalisé. C’est à nous de prolonger notre parcours en restant invaincu à domicile. Les phases finales, c’est très court mais très intense. On n’a pas envie que ça s’arrête et pour cela il faut provoquer la chance.

Il y a quand même un capital confiance avant cette rencontre. C’est un avantage ou un inconvénient ?

Ce pourrait être un inconvénient si nous étions trop sûrs de nous. Mais ce n’est pas le cas. Personne ne se dit que ce sera un match facile, bien au contraire, c’est une équipe que l’on respecte et que l’on craint. Nous avons essayé de préparer ce match au mieux pour mettre toutes les chances de notre côté, et je pense que nous avons des arguments, mais il faudra ne rien laisser au hasard.

La fraîcheur peut-elle faire la différence ?

C’est difficile à dire. Dans ce genre de rencontre le mental joue autant que le physique. Sur ces deux plans, la coupure de deux semaines nous a fait du bien. Elle nous a permis de reposer les corps et de bénéficier de moments hors du cadre strict du rugby. Nous avons pu aussi nous acclimater progressivement aux fortes chaleurs. Mais le rythme de la compétition est aussi un paramètre important et il faudra le retrouver immédiatement.

Nevers ne vous a pas toujours réussi par le passé, avez-vous cette donnée en tête ?

On ne se préoccupe pas vraiment de cela. Mais c’est une équipe dont on connaît les forces. Elle est très efficace en conquête et dans les rucks et elle maîtrise parfaitement son plan de jeu. Pour la battre, il faudra la contrer sur ses points forts et être capable de développer notre jeu habituel sur nos possessions.

Le Stade Montois n’a plus été champion depuis vingt ans. C’est l’année ou jamais ?

Au vu de notre parcours, cette saison peut être la bonne. Mais il faudra être à notre meilleur niveau. Nous arrivons au moment où il faut traduire et valoriser tout ce que nous avons réussi jusqu’à maintenant. 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pierre BAYLET
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?