Pierre Aguillon (ancien trois-quarts centre de La Rochelle) : « L’expérience accumulée lors des dernières finales a parlé »

  • Pierre Aguillon (ancien trois-quarts centre de La Rochelle) : « L’expérience accumulée lors des dernières finales a parlé »
    Pierre Aguillon (ancien trois-quarts centre de La Rochelle) : « L’expérience accumulée lors des dernières finales a parlé » Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Pierre Aguillon, ancien trois-quarts centre de La Rochelle revient sur la performance majuscule de son ancien club.

Faisiez-vous partie de ceux qui croyaient l’exploit possible avant le coup d’envoi ?
Très honnêtement, oui. Je croyais en une victoire rochelaise car je sais que le rugby est un sport où tout est possible sur un match sec. La Rochelle a dû batailler lors de chaque rencontre dans cette compétition, au contraire du Leinster qui a eu un parcours sans match très difficile à jouer.Les Irlandais ont su se rendre la compétition facile mais ils l’ont payé lors de cette finale, en étant très gênés face à ces Rochelais qui ont su leur tenir tête et coller au score après l’heure de jeu.

Quels étaient les motifs d’espoir avant le match ?
La titularisation de Will Skelton a été un élément décisif.Il a fait énormément de bien pour placer son équipe dans l’avancée, pour monopoliser des adversaires et créer des brèches. De même, des gars comme Grégory Alldritt ou Pierre Bourgarit sont désormais très précieux.Autant parce qu’ils sont de fabuleux joueurs de rugby que parce qu’ils ont emmagasiné une expérience telle - notamment avec le XVde France - qu’ils savent gérer de telles rencontres à très forts enjeux. Cette génération d’internationaux a la culture de la gagne et cela se ressent dans leurs clubs. On a aussi vu le retour de Brice Dulin qui a fait un bien fou à l’arrière en étant très rassurant.Mine de rien, cela aide énormément l’équipe de savoir que des gars comme ça sont sur la pelouse. Ils apportent beaucoup, même les jours où ils sont « moyens ».

Le pack rochelais a livré un énorme match, notamment en mêlée fermée…
Effectivement, je ne pensais pas voir les Leinstermen si malmenés dans l’épreuve de force. Bon, ils ont un peu « sauvé les meubles » en dominant les ballons portés. Mais quand même, les avants rochelais ont livré un match absolument incroyable. L’axe droit Atonio - Skelton est monstrueux. Le jeune Haddad a les dents qui rayent le parquet, il est hyper actif.Bourgarit, Alldritt, Priso sont très expérimentés et ne font plus d’erreur. Ces garçons ont désormais beaucoup de vécu. C’est là que l’expérience des finales perdues commence à peser.

Sans rien enlever à la performance rochelaise, reconnaissons que les joueurs du Leinster n’ont pas livré leur meilleur match…
Ils sont passés globalement à côté de l’événement. Les Rochelais étaient très en place et ont beaucoup gêné les lancements irlandais.Gibson-Park n’a pas été à la hauteur. Ses premières passes étaient rarement bonnes et ses coéquipiers n’ont donc pas pu enclencher les phases de jeu léchées qu’on leur connaît. Ils ont livré un match d’une qualité technique assez pauvre eu égard à ce dont ils sont normalement capables. On est à des années-lumières du niveau de rugby qu’ils ont produit en demi-finale face à Toulouse par exemple.

Quid de Jonathan Sexton ?
Je l’ai trouvé plutôt propre. Il a bien animé, il a fait jouer autour de lui… Bon, lui aussi fait deux ou trois passes dans les chaussettes de ses coéquipiers mais il a fait ce qu’il a pu face à une équipe qui a su le mettre sous pression. Il a été impérial face aux perches, bien nourri par l’indiscipline rochelaise.Pour chipoter, peut-être qu’il aurait dû user un peu plus du jeu au pied. Mais bon, je ne vais pas apprendre à jouer au rugby à Sexton, hein… (rires)

Étiez-vous confiant lors du siège du camp irlandais durant les dix dernières minutes ?
Je savais que La Rochelle allait gagner. Il ne pouvait plus rien leur arriver. On voyait les Irlandais peiner, commencer à être énormément pénalisés… On connaît le rouleau compresseur que peut-être La Rochelle lorsque l’équipe se met dans de telles dispositions. Le seul grain de sable qui aurait pu enrayer la machine, c’est la faute de main. J’avais peur du manque de lucidité avec la fatigue accumulée.

Sur cette (très) longue phase, La Rochelle a élevé le travail collectif au rang d’art…
Quelle précision ! Chacun a joué son rôle à la perfection, sans s’affoler, avec maîtrise. Les Irlandais étaient à la rupture et M.Barnes laissait l’avantage aux Rochelais, ce qui permettait aux joueurs d’être sans pression avec toujours une « extra ball » en cas de faute.

Avez-vous eu peur lorsque Lavault a écopé de son carton jaune stupide alors que le Leinster avait créé un écart assez significatif au score (15-8) ?
J’ai eu peur que le match soit plié, en effet. Mais là encore, l’expérience accumulée lors des dernières finales a parlé.Les gars ne se sont pas affolés, ils ont remis leur rugby en ordre et sont venus scorer. Ils n’ont pas eu le temps de gamberger et sont restés dans le match. C’est bien joué car à ce moment-là leLeinster, sans être génial, était redevenu pragmatique, prenait les points et n’était pas loin de pouvoir tuer le match. Honnêtement, la pilule aurait été très difficile à avaler pour les Rochelais en cas de défaite. On ne peut pas marquer trois essais aux Leinstermen, ne pas en encaisser et perdre à cause de l’indiscipline ! Il y aurait eu de quoi s’en mordre les doigts !

Un mot sur la prestation d’Ihaia West, l’ouvreur rochelais parfois en difficultés lors des tirs au but ?
Je suis tellement content pour lui ! Il en a pris plein la gueule durant toute la saison à propos de son manque de réussite face aux perches et là, il met tout le monde d’accord. Ce match va lui faire un bien fou. On a beau être des joueurs professionnels, on reste avant tout des êtres humains et on peut parfois passer à travers. Avec ce 100 %, Ihaia sort grandi de ce match.

Votre avis sur la dernière journée de Top 14, décisive pour la qualification, où La Rochelle ira à Lyon, chez l’autre champion d’Europe ?
C’est une rencontre très difficile à pronostiquer mais qui vaudra son pesant d’or, entre deux équipes qui ont remporté ce week-end le premier titre majeur de leur histoire. La formation qui gagnera est sans doute celle qui aura le mieux récupéré de sa troisième mi-temps festive (rires). Une chose est certaine, si La Rochelle se qualifie, l’équipe va prendre feu et elle sera très difficile à stopper…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?