Élite 1 féminine - Blagnac, une montée en puissance insouciante

  • Après leur victoire en demi-finale face à Romagnat avec un deuxième acte moins maîtrisé, les Blagnacaises retrouvent les Toulousaines, qu’elles avaient dominé l’an passé, pour disputer la finale. Une rencontre aux accents du derby de la Garonne.
    Après leur victoire en demi-finale face à Romagnat avec un deuxième acte moins maîtrisé, les Blagnacaises retrouvent les Toulousaines, qu’elles avaient dominé l’an passé, pour disputer la finale. Une rencontre aux accents du derby de la Garonne. Photo Vincent Duvivier
Publié le

Depuis quelques saisons, le Blagnac rugby féminin ne cesse de franchir des caps. Habitué des demies, et désormais de la finale, il vise un premier titre grâce à des progrès évidents.

Comme pour le Stade toulousain, le BRF sous son identité actuelle a connu la dernière étape vers le titre sans pour autant obtenir le bouclier. Aucune des deux formations n’a la recette vers ce sacre et pourtant sur le terrain une joueuse a touché ce bout de bois. C’est Gabrielle Vernier, championne en 2016 avec Lille Villeneuve-d’Ascq, face à Montpellier.

Elle n’était à l’époque qu’un jeune élément de la formation nordiste, mais a seulement un quart de siècle soufflé ce jeudi, elle adopte un nouveau rôle. « On a un effectif très jeune et dans ce groupe je fais figure de demi-vieille. J’essaie d’être exemplaire et de faire comprendre aux filles que je suis là si elles ont des questions, mais franchement cette jeune génération a déjà beaucoup d’expérience. Elles ont connu la finale l’an passé, des sélections en Bleu ou au moins des semaines d’entraînement dans le groupe France pour beaucoup d’entre elles. Tout ça fait qu’elles progressent très vite et avec un an de plus de vécu collectif, on commence vraiment à se bonifier. »

Véritable cadre du groupe, Marjorie Mayans s’apprête à disputer le dernier match de sa carrière en club. Dotée d’une expérience qui n’a que peu d’égal en France, elle ne peut cacher son excitation : « Les joueuses se connaissent toutes mais on s’affronte rarement. De toute façon depuis le quart de finale on a remis tous nos compteurs à zéro. Comme s’il ne s’était rien passé avant. La demi-finale nous a fait vraiment du bien. Nous l’avions préparé et même si la copie n’est pas parfaite, elle est satisfaisante. »

Après un premier acte maîtrisé, le BRF s’est mis à subir, et après quelques erreurs comme des touches directes et des fautes dans les rucks, Romagnat est revenu à portée de tir. « Même si on n’a pas maîtrisé la fin de match et qu’on leur a donné des munitions, on a été solidaire en défense pour ne pas lâcher la victoire, et on est de nouveau prêtes pour la finale », poursuit la troisième ligne.

L’alignement toulousain, c’est le pied

Face à cette formation, qu’elles sont les seules à avoir battu cette saison (en match amical) les Blagnacaises savent à quoi s’attendre. « On va avoir un véritable duel dans l’alignement en touche », assure la spécialiste du BRF. Face à elle, il y aura du répondant avec la meilleure contreuse française Céline Ferer, mais aussi d’autres solutions de luxe sur lancer adverse comme la capitaine des Bleues Gaëlle Hermet.

« On a également beaucoup travaillé la couverture de notre troisième rideau défensif. Ce sera un élément clé du match », poursuit Mayans. Face aux Rouge et Bleu, trois pieds excellents dans l’occupation. Ceux de la charnière Sansus-Bourdon, mais également celui de Cabalou ancienne 10 replacée à l’arrière.

Elles avaient ainsi étouffé le Lou dans leur vingt-deux durant une grande partie de la rencontre en quart de finale. Mais la maturité surprenante montrée par les jeunes du BRF est suffisante pour croire que même si les chiffres sont à l’avantage des Rouge et Noir, il est difficile de dégager un favori. « La différence avec la finale de l’an passé, conclut Gabrielle Vernier, c’est qu’on ne sera pas à domicile. Finalement, ça a été une contrainte, ça ne nous a pas réussis. »

Samedi les deux formations seront dans les mêmes dispositions, et à 21 heures l’Élite 1 inscrira un nouveau nom à son palmarès.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Baptiste BARBAT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?