Élite 1 féminine - Toulouse : conclure une saison parfaite face à Blagnac

  • Seule équipe invaincu cette saison, le Stade toulousain souhaite remporter son deuxième titre de la saison.
    Seule équipe invaincu cette saison, le Stade toulousain souhaite remporter son deuxième titre de la saison. Photo Midi Olympqiue - Patrick Derewiany
Publié le

Avec cinq départs à la retraite samedi, le Stade toulousain achève un cycle. L’an passé, son aventure s’était arrêtée en demi-finale, de manière brutale, face à Blagnac (12-8). Cette saison, les Rouge et Noir n’ont pas encore trouvé d’égal.

Elles sont voisines, elles se connaissent toutes extrêmement bien et pourtant, elles ne s’affrontent jamais en compétitions officielles. On occultera ici la rencontre de Coupe de France à la faveur des Toulousaines qui s’était disputée sans les internationales.

Dans des poules différentes depuis deux saisons, elles ne se croisent qu’en matchs amicaux (une victoire de part et d’autre cette saison) ou en phase finale. La dernière fois c’était en demi-finale donc, à Bordeaux et les Toulousaines avaient vu leur dernière séquence défensive interminable (85e) s’achever par un numéro d’équilibriste de Melissande Llorens en bord de touche qui clouait là leurs espoirs de troisième finale consécutive.

Ce jour-là, Pauline Bourdon en tribune était venue voir ses futures partenaires. « C’était traumatisant pour les filles. Ce match comptait énormément pour elles et elles sont passées au travers. Mais cette semaine, nous revenons très peu sur ce match. Les choses ont changé. » 

Olivier Marin, entraîneur des Toulousaines, peut achever sa première saison par un titre. Il confirme : « Quand j’ai pris les rênes de l’équipe en juin dernier, le groupe était meurtri, il a d’abord fallu remettre le plaisir au cœur du projet. Et puis les résultats se sont enchaînés ! »

Et les statistiques aussi. Seule équipe invaincue cette saison, les Toulousaines ont réussi cinq clean-shit en quatorze rencontres, et hormis à Romagnat (14-12) aucune équipe n’est parvenue à leur prendre un bonus défensif.

Une moyenne de trente-cinq points par match pour plus de cinq essais en moyenne. « Le groupe est sur une excellente dynamique. En plus, nous avons déjà remporté un titre cette saison (la Coupe de France qui se disputait sans internationaux, N.D.L.R.), c’était super pour notre cohésion. Mais dans une semaine, on oubliera ses chiffres. En revanche, on n’oubliera pas qui est le champion. Tout est remis à zéro. »

« Blagnac est solide physiquement et psychologiquement »

« L’événement ce n’est pas d’affronter Blagnac, mais de jouer une finale. Le derby, le match de l’an passé, tout ça ce sont des ressorts psychologiques que je n’utiliserai pas. Ce que je sais en revanche c’est que c’est une équipe très forte physiquement », poursuit l’entraîneur en pensant notamment au cinq de devant adverse assez impressionnant.

Une première ligne internationale Lindelauf-Domain-Joyeux ou les frères Tranier se permettent même de mettre cette dernière sur le banc au profit de la puissante Tetua.

La Lotoise entre à la mi-temps et profite du travail de sape de sa titulaire. Une deuxième ligne massive qui cale une mêlée avec Forlani internationale aux cinquante-cinq sélections, et la jeune Sylla, appelée à en avoir. Et puis des plaqueuses comme Berthoumieu, Mayans, ou Vernier au centre parmi ce qui se fait de mieux en France. « Mais aussi psychologiquement, car leur poule était homogène, et quand il a fallu aller chercher la première place à Bordeaux à la dernière journée, elles l’ont fait. »

Bien que ce soit sa première finale, Pauline Bourdon, numéro 9 des Bleues, et 10 de Toulouse a l’habitude de ces matchs de haut niveau. Elle conclut : « Une finale se joue sur l’état d’esprit, le combat, la défense. On a une excellente défense, on l’a montré tout au long de la saison et en demi encore, nous n’avons pas encaissé d’essai. La victoire passera d’abord par là. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Baptiste Barbat
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?