L'édito : corne d’abondance

  • Gregory ALLDRITT of Stade Rochelais, Romain SAZY of Stade Rochelais, Dany PRISO of Stade Rochelais and Thomas BERJON of Stade Rochelais celebrates with trophy during the Final Champions Cup match between Leinster and La Rochelle at Orange Velodrome on May 28, 2022 in Marseille, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport)
    Gregory ALLDRITT of Stade Rochelais, Romain SAZY of Stade Rochelais, Dany PRISO of Stade Rochelais and Thomas BERJON of Stade Rochelais celebrates with trophy during the Final Champions Cup match between Leinster and La Rochelle at Orange Velodrome on May 28, 2022 in Marseille, France. (Photo by Hugo Pfeiffer/Icon Sport) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

L'édito du vendredi par Emmanuel Massicard... Faites donc une pause. Posez-vous à nos côtés si vous voulez et retournez-vous quelques instants. Soufflez un bon coup avant l’emballement de ce drôle de week-end qui nous tend les bras. Vous verrez, pas la peine d’avoir une paire de loupes grossissantes pour apprécier le changement et capter la transformation du rugby français. Celui-là même qui surfe sur la vague, enchaîne les titres et les succès, rassemble autour de ses phares un public toujours plus fidèle, énamouré et heureux de pouvoir partager son plaisir d’être revenu au stade. Ce rugby hexagonal qui est enfin sorti de l’ornière où il s’était enlisé au long court, miné par les querelles de chapelles et l’absence d’ambitions partagées entre l’équipe de France et les clubs professionnels.

Trop idyllique le tableau ? Un brin caricatural ? Franchement, non. Car jamais notre sport n’a été porté par une aussi belle dynamique sportive, installé sur un socle aussi solide et large. Ce ne fut même pas en 2006, juste avant le premier Mondial organisé par la France quand tous les voyants nous paraissaient au vert. En fait, ils n’étaient alors qu’à l’orange et sont passés au rouge.

Les faits sont désormais têtus et la corne d’abondance bien garnie : les Bleus enchaînent les bonnes performances concrétisées par un grand Chelem, les filles brillent chaque jour davantage en quête de leur Graal, Dupont plane sur son monde et nos clubs dominent l’Europe. Sans oublier, évidemment, une concurrence accrue en Top 14 et en Pro D2 qui nous offre d’un bout à l’autre de la saison un vrai feuilleton à suspens. Le ventre mou - trop imposant- qui plombait nos compétitions phare a aujourd’hui disparu. La dernière journée de deuxième division avait été décisive pour l’accession en phase finale et la course au maintien, elle le sera encore au plus haut niveau. Mieux, huit clubs sont en lice pour décrocher leur qualification ; ils ne sont que quatre à n’avoir plus rien à jouer, si ce n’est pour le plaisir et une partie de leur honneur.

Il convient donc d’en profiter au maximum, alors ne faisons surtout pas la fine bouche. Sur la lancée du grand chelem, du sacre européen des Rochelais et Lyonnais, le Pro D2 délivrera dimanche le nom de son champion, et tendra la main aux revanchards bayonnais ou revenants montois. Quelques heures après - en prime mais trop tard pour combler les supporters des équipes visiteuses qui auront du mal à se déplacer le Top 14 livrera son verdict avant d’ouvrir sa phase finale et chercher un successeur au Stade toulousain.

Rien de plus beau, et certainement de plus intense si l’on considère le ton donné par les Rochelais face au Leinster, samedi dernier. Croisons quand même les doigts pour que les prochaines rencontres décisives ne se terminent pas toutes par un quart d’heure d’un tel affrontement démoniaque, au prix de chocs insensés, directs et frontaux qui transforment le rugby en un combat de muerte. Le bouquet final mérite clairement un peu de hauteur, manière de rester fidèle aux promesses de l’aube.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?