Top 14 - Giovanni Habel Kuffner, l’autre enfant de la Section paloise

  • Giovani Habel Kuffner portera les couleurs paloise pour la dernière fois avant son départ vers la capitale.
    Giovani Habel Kuffner portera les couleurs paloise pour la dernière fois avant son départ vers la capitale. Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

 La Section aura à cœur de conserver sa dixième place tout en disant adieux à certains cadres, dont le troisième ligne Giovanni Habel Kuffner.

La saison dernière, lors de la 26e journée, la Section paloise entrait sur la pelouse du Hameau sans savoir si elle évoluerait encore en Top 14 quatre-vingts minutes plus tard. La pression sera bien moins forte ce dimanche, même si Sébastien Piqueronies a répété ces dernières semaines que finir dixième ou onzième n’était pas la même chose pour lui. Il convient de bien fixer l’évolution paloise de ces derniers mois dans le marbre du classement. Néanmoins, ce dernier rendez-vous de la saison se présente comme un match de gala, et un dernier bal pour bon nombre de joueurs qui ont pris leur envol dans le Béarn.

Il est facile de penser à l’ouvreur international Antoine Hastoy ou au talonneur Quentin Lespiaucq-Brettes, capitaine de l’équipe pendant une année de tempête. Il ne faut pas oublier le troisième ligne Giovanni Habel Kuffner, arrivé en 2015 chez les Espoirs avec une seule année pour faire ses preuves avant de devenir petit à petit un des cadres des deux dernières saisons, lui qui disputera son 90e match avec la Section paloise ce dimanche : « Je suis arrivé en 2015 en Espoir à 20 ans. Il est évident qu’en arrivant ici, je ne pensais que mon aventure durerait sept ans. J’ai fondé une famille ici puisque mes enfants sont nés à Pau. Je sais très bien que je vais laisser un peu de mon cœur ici. »

Finir en beauté

Néanmoins, le solide flanker veut essayer de faire abstraction du contexte pour ne pas passer à côté de son dernier match au Hameau : « Il faut d’abord jouer le match comme d’habitude et se laisser aller aux émotions après le coup de sifflet final. Maintenant, ça va être fort de vivre ce moment-là car la moitié de l’équipe est composée de joueurs avec qui j’étais en espoir et certains très bons amis vont aussi quitter le club en même temps. C’est le cas de Quentin et Antoine. Nous avons tous envie de passer un dernier bon moment ensemble, de revivre un peu tous les matchs que nous avons joué ensemble. On sait que c’est la fin d’une histoire, même pour les joueurs qui vont rester au club, car nous sommes amis depuis le centre de formation. On sait aussi que Castres vient chercher sa deuxième place, mais nous voulons bien finir en prenant du plaisir. »

Giovanni Habel Kuffner avait envie de couper le cordon pour tenter une autre aventure avec le Stade français, lui qui n’avait jamais pensé faire une carrière professionnelle en Europe en arrivant dans le Béarn en provenance de sa Nouvelle-Zélande natale. « Je n’ai jamais habité dans une grande ville. C’est un grand défi qui m’attend sur le terrain mais aussi en dehors. J’ai envie de me fixer un nouveau challenge. Je voulais vivre une nouvelle expérience sportive et, avoir la chance de vivre dans une capitale, c’est aussi excitant pour ma famille. » Il avoue ne pas encore connaître le moindre joueur de l’effectif parisien. « Mais j’ai compris à Pau que je pouvais me faire de nouveaux amis. » Des amis qu’il ne veut pas décevoir avant de partir.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?