Provinces sud-africaines en coupes d'Europe : Bouscatel appelle à la clémence, les clubs français n'en veulent pas

  • René Bouscatel, qui a demandé aux clubs de Top 14 d’accueillir du mieux possible l’arrivée des clubs sud-africains en Coupes d’Europe, n’a semble-t-il pas été entendu.
    René Bouscatel, qui a demandé aux clubs de Top 14 d’accueillir du mieux possible l’arrivée des clubs sud-africains en Coupes d’Europe, n’a semble-t-il pas été entendu. Icon Sport
Publié le

Dans un courriel envoyé en début de semaine dernière, le président de la Ligue René Bouscatel demandait à ses pairs un accueil clément à la nouvelle formule des coupes d’Europe. Il n’a pas vraiment été entendu…

C’est mardi soir, soit peu après que soit officialisée par l’EPCR (l’instance gérant les Coupes d’Europe) l’entrée de cinq provinces sud-africaines (Bulls de Pretoria, Stormers du Cap, Sharks de Durban, Cheetahs de Bloemfontein et Lions de Johannesbourg) en Champions Cup et Challenge Cup, la saison prochaine, que le président de la Ligue nationale de rugby René Bouscatel a écrit un courriel à ses pairs.

Au fil de sa missive, le patron des patrons appelle ainsi ses pairs à mettre publiquement en avant les bienfaits inhérents à la naissance de cette compétition qui renforcera à son sens "l’intensité sportive" du rugby professionnel. "L’arrivée des équipes sud-africaines constitue une évolution importante pour les compétitions de l’EPCR qui va renforcer l’intensité sportive des compétitions, écrit l’ancien président du Stade toulousain. Lors de ce moment d’annonce, je compte sur vous pour commenter positivement et valoriser auprès des médias cette arrivée qui intervient à un moment où l’EPCR est en renégociation avec les diffuseurs sur les marchés français, britanniques et internationaux. Dans cette période décisive au plan commercial et après cette phase finale 2022 réussie qui a donné une très belle image des deux compétitions après les vicissitudes des derniers mois, il est essentiel que nous soyons tous au soutien de l’EPCR pour créer un climat positif autour cette annonce."

Chavancy : "Rien que l’idée de voir les Stormers champions d’Europe…"

Alors, quoi ? La missive de René Bouscatel a-t-elle atterri dans la rubrique "courriers indésirables" des présidents de clubs ? Toujours est-il que les recommandations du patron des patrons n’ont pas vraiment été suivies par les acteurs du Top 14 et ces derniers jours, le président rochelais Vincent Merling ouvrait ainsi le bal : "Je ne suis pas du tout favorable à l’arrivée de l’Afrique du Sud dans le championnat d’Europe. […] On est totalement dans la perte d’identité."

Dans leur immense majorité, les présidents du rugby pro ne se sont pourtant jamais opposés frontalement à l’arrivée des provinces sud-africaines en Champions Cup, lorsqu’ils furent à ce sujet consultés par les caciques de la Ligue ou de l’EPCR, deux institutions qui prendront en charge les frais de déplacement des équipes, 12 000 kilomètres séparant l’Afrique du Sud de l’Hexagone. Malgré l’intérêt sportif d’une telle évolution, Henry Chavancy, le capitaine des Racingmen, y semble toujours austère : "Rien que l’idée de me dire que les Stormers peuvent être champions d’Europe je trouve cela un peu… comment choisir mes mots… étonnant, un peu spécial. Je pense que l’on a une belle compétition et je comprends que d’autres pays ou clubs veuillent la rejoindre mais je pense que cela risque aussi de dénaturer un petit peu l’intérêt ou en tout cas l’histoire de cette compétition.

"Pierre Mignoni, le manager du Lou, appuyait : "On est dans le monde du business, pas dans celui de la Coupe d’Europe". Quand Olivier Azam, l’entraîneur des avants du MHR, soulevait de son côté les dégâts collatéraux liés à un calendrier surchargé : "Je ne vois pas ce que ça va nous amener à part un calendrier plus difficile à gérer. Et ce n’est pas forcément ce à quoi il faut tendre un an avant la Coupe du monde où on veut préparer au mieux nos internationaux." Se trompent-ils tous ? Et succombera-t-on à cette nouvelle formule, une fois le tournoi lancé ? On en saura un peu plus à l’automne…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?