Après la Champions Cup, la qualif' en barrage : les Rochelais soulagés

  • Une semaine après leur titre de champion d'Europe, les Maritimes ont fait le boulot à Lyon !
    Une semaine après leur titre de champion d'Europe, les Maritimes ont fait le boulot à Lyon ! Icon Sport
Publié le

Les Rochelais ont célébré avec beaucoup de retenue leur succès à Lyon, après un réveil en sursaut arès la pause !

Le temps était suspendu, les yeux rivés sur l’écran géant, Lyonnais et Rochelais ont attendu de longues secondes le résultat de l’arbitrage vidéo invalidant finalement l’essai de Dylan Cretin. Les Rochelais, passés pas loin de perdre le bénéfice d’une victoire de prestige dans les arrêts de jeu, ont accueilli la nouvelle sans fanfaronner, par quelques poignées de main soulagée.

La qualification, elle ne faisait plus de doutes depuis longtemps.

Après avoir aplati le troisième essai de La Rochelle devant le kop rochelais, un quart d’heure après le retour des vestiaires, et sous le tifo à l’effigie de Pierre Mignoni dressée par "La Meute", Jules Favre s’est relevé tout sourire et a adressé avec ses doigts un V de la victoire à ses supporters.

Après une première mi-temps ratée, marquée par des choix plus que discutables, à la grande fureur de Ronan O’Gara, la Rochelle venait de se réveiller – de décuver ? – après une première période où elle avait semblé se laisser endormir par le contexte du match et l’enthousiasme des Lyonnais bien décidés à prolonger l’aventure de leur architecte.

Dès après la présentation des deux trophées, apportés sur le terrain Greg Aldritt et Davit Niniashvili, pour une célébration peu commune, une semaine après les agapes marseillaises, le Lou avaient mordu le premier.

Une ola enthousiaste

Les visiteurs s’étaient-ils laissés endormir par l’accueil policé et respectueux du public de Gerland, venus en masse fêter le premier titre européen d’une équipe de sport masculine ? Le Lyonnais n’est en effet pas jaloux.

Si l’on peut critiquer sa difficulté parfois à s’emballer et à soutenir son équipe, il a le mérite de ne pas être bégueule et de reconnaître les mérites du travail bien fait. Quand les Rochelais ont pénétré à pied dans l’allée des Lions et traversé le stade pour se rendre aux vestiaires, la musique et les conversations ont baissé de plusieurs dizaines de décibels pour accueillir les champions d’Europe dans un silence déférent, couvert par quelques applaudissements empreints de respect et d’admiration.

L’esprit festif du public lyonnais a toutefois conduit à une certaine incongruité avec une ola enthousiaste à l’heure de jeu quand la chance du Lou de se qualifier était passée… En même temps, ce n’est pas tous les jours que deux champions d’Europe s’affrontent…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?