Elite 2 - La chevauchée des Valkyries championne de France

  • Elite 2 - La chevauchée des Valkyries championne de France
    Elite 2 - La chevauchée des Valkyries championne de France MaxPPP - MaxPPP
Publié le

C’est au bout d’un match heurté que les Normandes, issues de la fusion entre Rouen et Caen, ont conclu par un titre leur saison parfaite.

Pour une première saison, ce fut un coup de maître. Nées de la fusion de Caen (qui avait fait le choix de redescendre en Élite 2 après la pandémie de Covid-19) et de Rouen (relégué sportivement la saison dernière), les Valkyries normandes ont réussi la saison parfaite, dont la chevauchée terrible sur l’élite 2 les a conduites à un bouclier bien mérité. Championnes de France sans la moindre défaite, au terme d’un match maîtrisé à défaut d’être spectaculaire face à La Rochelle, remporté par un petit point d’écart qui vaut tout le bonheur du monde.

« Nous avions battu deux fois les Rochelaises cette saison, mais on se doutait qu’elles allaient adopter une stratégie différente pour nous mettre à mal, expliquait le coach Jean-François Mouton. Ça s’est joué au cœur, à l’envie. Je ne peux pas dire que nous avons vécu sereinement la deuxième période parce que nous étions à portée d’une pénalité, mais j’ai quand même le sentiment que nous avons dominé la fin de match, en termes d’occupation comme d’intentions de jeu. C’est beau, car ce groupe auquel on ne prévoyait rien de bon en début d’année est devenu une équipe. »

Rien d’étonnant à en croire la centre Solène Dubus, emblème d’une nouvelle génération pour qui cette entente relevait de l’évidence. « Avant, Caen-Rouen, c’était un derby. Mais quand les deux équipes ont compris qu’il fallait se rapprocher parce qu’elles n’avaient pas les moyens de rivaliser en élite, nous étions toutes favorables à l’idée. Depuis le temps qu’on se côtoie en sélection de Normandie, nous étions toutes copines depuis longtemps… Il s’agissait simplement de franchir le pas. »

Et maintenant, la montée ?

Un grand saut récompensé par un titre, donc, mais pas encore par une accession en élite, laquelle passera par une victoire en barrages face à Lons à Jean-Mermoz la semaine prochaine. « Je ne comprends pas la Fédération sur le coup, nous n’avons pas eu d’explication et j’aurais aimé qu’ils nous en donnent, pestait Mouton. Je pense que c’est du jamais vu que le champion de France doive passer par un barrage… C’est comme ça, on va bien fêter ce titre mais rapidement se remobiliser. »

Sans plus de pression que ça malgré tout, à en écouter Solène Dubus. « La montée, honnêtement, ce n’est pas notre objectif. Ce qu’on souhaite, c’est d’abord de s’étalonner par rapport aux douzièmes de l’élite 1. On veut surtout savoir où on en est, et ce qui nous manque encore pour prétendre à l’étage au-dessus. » Au moins, les Valkyries seront vite fixées…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?