Super Challenge de France : « Ici c’est Massy ! »

  • Quatrième sacre pour les Massicois qui terminent le Super Challenge de France-Midi Olympique invaincus. Photos Valentine Chapuis
    Quatrième sacre pour les Massicois qui terminent le Super Challenge de France-Midi Olympique invaincus. Photos Valentine Chapuis
Publié le

Vainqueur en 2019 à Toulouse, Massy a conservé son trophée. Un quatrième sacre qui honore une nouvelle fois la formation massicoise. Un tournoi toulonnais qui a également révélé une grande demi d’ouverture, Shéhérazade Saiki.

Depuis juin 2019, le Trophée Super Challenge de France- Midi Olympique siégeait dans les locaux de l’école de rugby massicoise. Dimanche soir, il va y retourner pendant au moins onze mois. Hier après-midi dans la très belle enceinte sportive de Léo-Lagrange qui fait face au Mont-Faron, la relève massicoise a remporté le quatrième Super challenge de France-Midi Olympique de son histoire. Après 1992, 2003, 2019, il faudra désormais ajouter 2022. Moins de vingt-quatre heures après le sacre national de son équipe fanion, les poulains de Mathieu Lapèze ont écrit une belle page de leur jeune histoire rugbystique.

Massy s’est certes imposé, mais à l’ultime minute de jeu de la dernière rencontre face à Lyon, décisive pour l’attribution de la première place. Les Massicois ont eu quelques sueurs froides notamment l’encadrement, mais aussi les nombreux papas et mamans qui ont scandé tout au long de la journée dominicale "Ici c’est Massy", le banc et les quinze joueurs à bout de souffle après un tournoi très exigeant et une température flirtant avec les trente-cinq degrés. À hauteur des quarante-cinq mètres, l’arrière lyonnais avec l’avantage du vent, a tenté la pénalité de l’ultime chance. Le coup de pied du petit "gone" a été infructueux. Sur cette ultime action, l’arbitre a mis un terme aux débats abrogeant les souffrances du banc massicois heureux que ce duel s’achève sur un score vierge et de parité (0-0) synonyme de première place.

Mathieu Lapèze rejoint Jean-Daniel

Massy a beau avoir souffert en fin de rencontre face aux Lyonnais, sur l’ensemble du tournoi, la victoire des Essonniens est parfaitement justifiée. Samedi, l’équipe chère à Mathieu Lapèze, a brillamment géré ses deux premières rencontres en prenant le meilleur sur Perpignan (14-12) et Bègles-Bordeaux (12-8) dans un match de toute beauté.

Lors de la seconde phase, les Essonniens ont fait une entame fructueuse face à Toulon (8-0) et réalisé leur meilleure prestation de la journée en s’imposant face à Brive (18-0). Outre la qualité de son collectif, des schémas de jeu parfaitement travaillés, Massy possède une pépite, l’ouvreuse d’origine algérienne de 15 ans, Shéhérazade Saïki dotée d’un jeu au pied hors du commun.

Pour la petite histoire, la collégienne (qui va prochainement passer le brevet) a un frère jumeau, Yanis. Pendant que sa sœur remportait le Super Challenge de France-Midi Olympique, le frangin disputait au poste de pilier, le quart de finale du Gaudermen face à l’Usap. Gymnaste de formation, la jeune ouvreuse compte bien poursuivre sa belle aventure ovale. "J’ai découvert le rugby avec mon frère dans le cadre des activités scolaires. Nous avons intégré l’équipe poussins et ensuite, on a gravi les échelons. L’année prochaine, je rejoins l’équipe féminine de Massy-Bobigny. Jouer au plus haut niveau féminin fait partie de mes objectifs", dit-elle. Après la remise du trophée, Didier Achcongar responsable de l’école de rugby massicoise était submergé par l’émotion. "Nous avons des gamins formidables, des supers parents. Sincèrement, cette victoire, je la dédie à notre responsable des U14, Mathieu Lapèze. Il était de la victoire 2019, il confirme en 2022. Son papa, Jean-Daniel avait également remporté le Super Challenge en 1992 et 2003. À Massy, on a la chance d’avoir des éducateurs hors du commun. Tant que nous aurons des responsables comme Mathieu, le rugby massicois aura encore de beaux jours devant lui."

Toulon 2022 est désormais achevé. Le président, Gérard Tugas l’a qualifié d’excellent cru. "Après deux ans d’absence, on a eu un grand plaisir de renouer avec la compétition. Sincèrement, nous avons vu une superbe édition. Maintenant, on se repose. Et le plus tôt possible, on prépare la prochaine." Normalement, Agen doit organiser l’édition 2023, mais cela reste à confirmer par le comité directeur. Vivement juin 2023 !

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier NAVARRE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?