Le retour du Lardin en Fédérale 3

  • Le retour du Lardin en Fédérale 3
    Le retour du Lardin en Fédérale 3 DR - DR
Publié le

Présidée depuis seize ans par le même duo, l'USV va retrouver la troisième division fédérale dix ans après l'avoir quitée. Tout sauf un hasard.

Deux nombres sont des marqueurs forts de la manière dont l’US Vézérienne vit son rugby dans un village de 2 000 âmes entre Périgueux et Brive et renommée pour son industrie papetière dans un environnement rural. Seize d’abord, soit le nombre d’années au compteur associatif des deux coprésidents Alain André et Thierry Patonnier. Une stabilité rare. Dix ensuite car il y a une décennie, Le Lardin accédait à la Fédérale 3 avant d’être relégué sur tapis vert. L’USV s’en est remise. La preuve ? la voici en cette année anniversaire de retour. « Sans peur, annonce Alain André, et même pressés d’y être pour voir ce que vont donner nos garçons. Mais le temps presse pour organiser la saison et c’est cela qui fait peur. »

Pourquoi les Vézériens du capitaine Fabien Delbos seraient-ils inquiets eux qui sortent d’une saison exceptionnelle enrichie des titres Honneur du Territoire et de Nouvelle Aquitaine ? En cas de besoin, ils pourront s’en remettre à leur conception du club familial fièrement représenté par des joueurs du village ou des alentours fidèles à leur maillot.

Un successeur en piste

Ces valeurs, le coprésident Alain André les brandit comme un étendard : « On gouverne à l’ancienne et ça nous ressemble. L’USV c’est de père en fils et nous voulons être un bastion de la formation. Nous avons longtemps tenu un rôle correct en Honneur et cette année nous avons eu le retour d’Adrien Deronde (25 ans, ex Montauban), et il a pesé en faisant un grand saut dans l’Honneur. Il y a eu aussi le retour de l’entraîneur-joueur Mathieu Lacoste qui fait un bien fou. Les Brivistes Enzo Hervé, Dan Brennan et Guillaume Galletier nous rendent visite chaque semaine bénévolement. Ils assistent aussi au match quand ils ne jouent pas. C’est un réel apport technique pour les entraîneurs Mathieu Lacoste et Aurélien Lagarde. »

L’USV possède une autre flèche à son arc, l’excellence de son équipe de cuisine qui va tuer le cochon pour concocter des repas. Les présidents se félicitent d’avoir créé un climat qui rejaillit sur les performances sportives, ce qui ne les empêche pas de manifester quelques signes de lassitude. La passion n’est pas éteinte mais ils songent à l’avenir : « Nous avons réfléchi à une succession qui protège nos valeurs parmi les joueurs qui tournent autour du club. François-Xavier Delbrut nous a rejoint, il est chef d’entreprise et il jouait encore cette saison. Nous espérons qu’il prendra la suite. » Pour un bail de seize ans ?

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Gérard Piffeteau
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?