L'homme de la finale : Gaëtan Germain, c’est le pied !

  • Après cette finale de Pro D2, Jean Monribot révélait l’amitié naissante entre Gaëtan Germain, décisif dimanche, et lui.
    Après cette finale de Pro D2, Jean Monribot révélait l’amitié naissante entre Gaëtan Germain, décisif dimanche, et lui. Photo Pablo Ordas - Photo Pablo Ordas
Publié le

Auteur d’une dernière partie de saison remarquable et d’une finale dans la lignée de ses derniers matchs, Gaëtan Germain a été un des grands artisans du succès bayonnais.

Au moment où Jean Monribot s’est présenté en caleçon face à la presse, l’épaule strappée, le torse aussi, avec un nœud papillon autour du cou et une bière à la main, on lui demanda de décrire, en un mot, Gaëtan Germain. "Surprenant !" , répondit alors le troisième ligne aile bayonnais. Il aurait pu largement répondre "décisif".

Sur la pelouse du GGL Stadium de Montpellier, l’arrière bayonnais s’est une nouvelle fois distingué par la qualité de son jeu au pied et a fait un bien fou à ses partenaires. En première période, l’arrière a trouvé deux précieuses pénaltouches, après une faute de William Wavrin dans les 22 mètres bayonnais (7e), puis sur un ballon gratté par Tevita Tatafu alors que les Montois étaient à nouveau sur un temps fort. Ainsi, grâce à sa force de frappe, il a renvoyé dans leur camp des Landais impuissants et malmenés dans les rucks, qui semblaient alors sans solution face au rideau basque. Dans cette finale de Pro D2, Germain s’est aussi montré souverain sous les ballons hauts et a bien couvert le fond du terrain. "Gaëtan a fait ce qu’il sait faire, dans son profil, reconnaissait, lucide, le manager montois Patrick Milhet au coup de sifflet final. C’était la même chose lorsqu’il jouait à Brive. Il est habitué aux grands matchs. Que ce soit pour le maintien ou les phases finales, une équipe peut s’appuyer sur lui. Les grands joueurs sont présents dans les grands matchs."

Dans l’exercice du tir au but, auteur d’un 5/6 (un seul échec sur une tentative lointaine à plus de 40 mètres), le Drômois a inscrit douze points, malgré un vent tourbillonnant et plutôt compliqué à maîtriser, avant de quitter le terrain à cause de crampes (57e). Parmi ses différentes pénalités, on retiendra surtout celle tapée et réussie des 45 mètres en coin, dans le temps additionnel de la première période (40+2e), car celle-ci a permis aux Bayonnais de rentrer aux vestiaires avec une avance confortable de dix points. "Il a fait un super match, mais aussi une superbe demi-finale, saluait Rémy Baget après la rencontre. On savait tous qu’il allait répondre présent, car il a été là toute l’année."

Premier titre

Pour tout dire, Germain (23 matchs, 22 titularisations cette saison pour 1 671 minutes jouées) a surtout réalisé un dernier tiers de championnat de très grande qualité. Il n’a plus quitté le XV titulaire depuis le mois de mars et a marqué, en trois mois, huit essais, soit plus que sur ses six dernières saisons.

Plutôt passé à côté de l’access match contre Biarritz, il y a cinquante et une semaines, l’ancien joueur du FC Grenoble a, cette fois, sorti une grande prestation pendant un match couperet. Et a remporté, au passage, le premier titre de sa carrière. "Avant le match, j’ai dit à Gaëtan : "On va pouvoir compter sur toi aujourd’hui, tu as l’habitude de ces moments", racontait son partenaire à l’aile Rémy Baget. Il m’a répondu qu’il n’avait jamais disputé une finale de Pro D2."

S’il estimait qu’il était difficile d’isoler un seul joueur, compte tenu de la grosse performance de ses joueurs, le manager bayonnais, Yannick Bru, soulignait face à la presse : "Je suis vraiment content pour lui. Il avait été en déficit de confiance sur tous les matchs couperets, qui ne s’étaient pas soldés par un scénario positif. Gaëtan a pris beaucoup de confiance ces deux dernières années. Cette saison, on a vu un Gaëtan relanceur, sûr de lui, qui jouait les ballons aériens. Aujourd’hui, il avait énormément de confiance." Et ça s’est clairement ressenti sur le terrain.

Monribot : "Son investissement et son professionnalisme sont exemplaires"

"C’est devenu un ami, confiait Jean Monribot dans la nuit de dimanche soir. Gaëtan est un garçon très attachant. Son investissement et son professionnalisme sont exemplaires et, sur ça, il est irréprochable. Il peut se mettre de la pression sur les épaules. Je pense que quelques personnes, au sein du staff ou dans le club, l’ont remarqué. En le mettant dans de bonnes conditions, il arrive à jouer avec beaucoup plus de liberté. Il rassure le groupe de par sa présence."

Et en dehors du terrain ? "Il est particulier, très casanier, très famille, poursuivait Monribot. Quand on fait des soirées, il lui tarde de vite retourner à la maison pour retrouver sa femme et ses enfants." Avec la semaine de fête qui s’annonce sur les bords de Nive, il est néanmoins fort possible que celui qui fut, à trois reprises, meilleur réalisateur de Top 14 (2014, 2016, 2017), passe, pour une fois, moins de temps au domicile familial.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Pablo Ordas
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?