Nationale - La troisième était la bonne pour les Essonniens

  • Nationale - La troisième était la bonne pour les Essonniens
    Nationale - La troisième était la bonne pour les Essonniens Stéphanie Biscaye - Stéphanie Biscaye
Publié le

Après deux finales perdues en 2012 et 2014, les Franciliens ont enfin ajouté un titre a leur montée. Ils arriveront en Pro D2 avec douze nouveaux joueurs.

Après coup, une fois poussé leur dernier maul et achevée leur dernière course, après que la poussière soit retombée, la réussite des Massicois est juste phénoménale. Ça brille de partout. Ils ont donc failli seulement deux fois cette saison, lors de leur premier match à domicile contre Blagnac, et puis tout à la fin, au moment de la première manche de la demi-finale perdue à Albi.

Tout le reste, chacun des autres matchs, a participé de cette construction joyeuse qui a produit cette équipe si cohérente dans son action. Une magie s’est produite. Le staff était nouveau. L’ancien deuxième ligne d’Aurillac Julien Maréchal provenait comme technicien de Ris-Orangis en Fédérale 2. Le club avait parié sur sa jeunesse. Excepté le pilier sud-africain Tidje Visser, arrivé à peine un peu après les autres, ses dirigeants n’ont fait appel à aucun autre joueur supplémentaire durant la saison.

Ce sont bien les espoirs qui ont remplacé les blessés. Et dans cette dynamique de relance complètement centrée sur l’identité du club, Massy est parvenu à bâtir cette équipe de champions qui, comme aucune autre avant elle, s’est adjugé cette compétition en écrasant toute concurrence. Peu avant les phases finales, le président François Guionnet avait offert le livre de leur saison aux joueurs, un joli livre en série limitée de photos de chacun d’eux, prises par le photographe du club.

Il manquait le titre sur la couverture. « On l’avait laissé en blanc. Je leur avais dit qu’ils pouvaient écrire dessus ce qu’ils voulaient, racontait-il après le titre. Ce sera soit on s’est planté, soit on monte, soit on est champion. »

Le recrutement cette semaine

Après les échecs de leurs aînés vécus contre Colomiers (2012) et Montauban (2014), guidée par les Chauveau, Pleindoux, et Prier, leurs trois plus anciens mastodontes, cette jeune génération est parvenue, enfin, à prolonger le bonheur de la montée en Pro D2 par un titre. Ce n’est pas le premier des seniors dans l’histoire du club. Les plus anciens sous la présidence de Francis Forestier avaient glané celui de Fédérale 3 en 1998.

Mais celui-ci obtenu en Nationale, dans l’histoire difficile que Massy entretient depuis dix ans avec la division du Pro D2, dégage une petite superstition très agréable. À force d’y monter sans ce bouclier dans leur bagage, pour ainsi dire à poil, et d’en redescendre aussi sec, ils s’y présenteront demain avec une foi régénérée, trempée dans l’acier de cette réussite éclatante. Ils y iront s’y frotter avec douze nouveaux joueurs qui la rejoindront cet été. Le club commencera à sortir leurs noms à partir de cette semaine.

Les dirigeants ont décidé d’une communication typée très « collectif », en produisant les effectifs globaux de chaque ligne les unes après les autres, en noyant l’apparition des nouveaux dans la présence renouvelée des anciens. On est comme ça à Massy. Pour les premières lignes qui débuteront aujourd’hui, le pilier géorgien de Biarritz Ushangi Tcheishvili devrait figurer.

Le sud-africain Abongile Nonkontwana, qui jouait seconde ligne le plus souvent à Bourgoin, apparaîtra dans la liste des troisièmes lignes. « Nous avons densifié et pris un peu de hauteur, expliquait François Guionnet. Compte tenu de notre dynamique, nous avons pu nous y prendre assez tôt. C’est un recrutement complètement choisi. » Ces nouveaux venus rejoindront une équipe un peu folle, brillante, très attachante, et reliée comme jamais à la base de ce club pas comme les autres.

Hier dimanche, pour rendre leur pareil aux cadets qui les avaient tellement soutenus lors du match de la montée, les joueurs leur ont fait la surprise de venir à Malemort, soutenir les Alamercery en demi-finale contre l’UBB, et les Gaudermen en quart de finale contre l’Usap. Un week-end de folie.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Guillaume Cyprien
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?