Top 14 - Marti : « L’objectif, c’est le titre ! »

  • Top 14 - Marti : « L’objectif, c’est le titre ! »
    Top 14 - Marti : « L’objectif, c’est le titre ! » Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Le président de l'Union Bordeaux-Bègles, Laurent Marti, dresse un bilan de la phase régulière, qui n’a pourtant pas été de tout repos, avec le grand passage à vide de février-mars-avril, et les cinq défaites consécutives à domicile.

Quel est votre état d’esprit après cette qualification malgré votre défaite à Perpignan ?

La première chose que je retiens, c’est que se qualifier en Top 14, que l’on soit dans les deux ou dans les quatre premiers, c’est loin d’être évident quand on connaît la densité de notre championnat. Donc, j’ai envie de dire que c’est vrai, on a fait une bonne première partie du boulot. Et ça, il ne faut surtout pas le galvauder, ni le négliger. Mais il y a un mais.

Que voulez vous dire ?

Je veux dire que c’est bien de se qualifier d’accord mais si l’on ne gagne jamais de trophée, on n’écrit rien. Nous faisons partie des meilleurs élèves, d’accord mais sans être le numéro un. L’objectif de notre club, ça reste un titre, comme les autres clubs qui sont dans le top 6. Ni plus, ni moins. Mais c’est important.

Partagez-vous le raisonnement un peu paradoxal qu’il vaudrait mieux passer par les barrages pour être champion ? On dit que ça maintient l’équipe dans le rythme. Après tout, il est déjà arrivé qu’une équipe classée sixième brandisse le Bouclier de Brennus… Le CO de Christophe Urios l’a fait en 2018…

Non, je n’y crois pas trop. À cette époque de l’année, il vaut mieux avoir moins de matchs à jouer surtout qu’un barrage, on peut toujours le perdre, même s’il est à domicile. Ceci dit, notre cas était un peu particulier, bizarre même, car il y avait dans notre groupe quelques joueurs qui avaient besoin de temps de jeu, c’est vrai, mais enfin bon, on préfère un épilogue sans barrage.

Sincèrement, quel est votre état d’esprit en ce moment ? L’UBB a traversé des moments difficiles, à cause des blessures et de la ponction du XV de France, mais elle est quand même au rendez-vous, non ?

Mon état d’esprit, c’est que je suis lucide. C’est à dire que je reconnais que c’est bien de se qualifier mais je suis lucide pour avouer que nous sortons vraiment d’une mauvaise passe et d’un mauvais cycle. Est ce que tout est corrigé ? Peut-être pas. Mais en même temps, je ne suis pas rassuré par la qualité des autres équipes qui restent en lice.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jérôme PREVOT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?