Bons baisers de Split pour Massy après son titre en Nationale

  • Les Massicois ont célébré leur titre de Nationale à Split, en Croatie.
    Les Massicois ont célébré leur titre de Nationale à Split, en Croatie. RC Massy Essonne
Publié le

Après une saison et surtout une finale rondement menée face à Soyaux-Angoulême, les Massicois sont partis fêter leur titre en Croatie. Un véritable week-end de folie. 

Il fait beau, il fait chaud, la mer est magnifique, et ils nous embrassent tous. Tout allait bien… Ils n’avaient encore perdu personne… Et puis ça a coupé. Les Massicois champions de France de la Nationale sont partis à vingt-cinq en Croatie, à Split, célébrer leur titre sur la côte Dalmate, et le réseau qui les reliait à la réalité a lâché au deuxième jour de leur fête qui débutait à midi sur un bateau au départ d’un port.

« Ça commence à piquer un peu quand même, confiait Andrew Chauveau juste avant la coupure. On ne réalise pas encore. La montée, la semaine pour la finale, l’euphorie du titre… Tout passe tellement vite. On ne s’est pas encore posé pour réaliser. On est sur une fête continue. C’est beaucoup de bonheur. » Et puis ça a coupé. à l’exception de certains pères de familles restés plus sagement auprès des leurs, de certains joueurs sur le départ, qui ont préféré boucler leurs valises, et du staff, qui s’est placé en retrait de cette virée à n’en plus finir, les champions de France ont couronné leur réussite d’un lâcher prise collectif et sans limite dans le temps.

« Essayez de vous souvenir de quelque chose, leur avait conseillé leur entraîneur Jean-Baptiste Dimartino, en les quittant lundi matin après les premières quarante-huit heures. Les deux premières montées, entre les émotions et les célébrations, je ne me souviens de rien. » Et que de souvenirs qui s’amoncellent, depuis cette victoire époustouflante remportée en finale contre Soyaux-Angoulême.

Et superchallenge !

En poursuivant leur virée du samedi soir à Toulouse, d’une escapade du dimanche à Malemort, une destination corrézienne reliée en bus dans une bulle de bonheur, les joueurs massicois ont diffusé la lumière de leur titre au soutien de leurs deux équipes cadettes, qui jouaient là-bas un quart en Gaudermen et une demi-finale en Alamercery.

Après les huitres du petit matin consommées aux halles de Toulouse, après les apéro chez « Tonton », et toutes les haltes qui ont fait une soirée des Grands Ducs, ils sont allés déguster une saucisse merguez en bleu et noir sur le bord d’une main courante et offrir leur bouclier en rêve à la qualification. Lors de leur demi-finale retour à domicile contre Albi, à l’échauffement, ces jeunes cadets étaient sortis des bois du stade Ladoumègue de façon très surprenante, pour les émouvoir et les encourager dans un moment puissant. Ils leur avaient filé des frissons.

La venue à Malemort a fait une réponse magnifique à ce besoin de communion, dans cet instant où la dynamique de club atteint des pics remarquables. Les minimes ont remporté de leur côté à Toulon le Super Challenge de France Midi Olympique. Les Gaudermen sont passés en demi. Ils ont encore fêté ça le dimanche soir en rentrant à Massy. Des supporters et des parents des cadets les attendaient à l’accueil. Dans leur parcours qui part de Toulouse à Split, en passant par Malemort et la Rue de la Soif, les joueurs ont fait la connaissance de la compagnie CRS N°5 de leur ville de Massy, qui comme eux stationnait à Toulouse. Ils ont pu vérifier aussi que leur troisième ligne Yohan Gbizie disposait bien de sa plaque en argent derrière le bar dans la boite du Bazart. Ils ont fait un joyeux chahut et, peut-être, ils s’en souviendront.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Guillaume Cyprien
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?