Top 14 - Le défi des avants toulousains face à la puissance rochelaise

  • Top 14 - Le deuxième ligne Emmanuel Meafou sera crucial dans la lutte physique que les Toulousains mèneront contre La Rochelle
    Top 14 - Le deuxième ligne Emmanuel Meafou sera crucial dans la lutte physique que les Toulousains mèneront contre La Rochelle Icon Sport - Alexandre Dimou
Publié le

Technique - Le Stade toulousain a jusque-là fait partie des rares équipes à contenir la puissance rochelaise. Mais c’est toujours un immense challenge pour le pack des Rouge et Noir.

La puissance de La Rochelle n’est un secret pour personne. Les avants maritimes l’ont encore prouvé à toute l’Europe du rugby lors de la finale face au Leinster, faisant voler en éclat l’équipe la plus structurée du continent. Les Rochelais ont réussi là où les Toulousains avaient échoué en demi-finale, forçant l’admiration du sélectionneur anglais Eddie Jones : "Will Skelton, que j’ai trouvé immense sur ce match, a frappé un peu plus fort qu’il ne le faisait en début de match et derrière lui, les avants ont brisé les structures irlandaises." C’est encore cette démonstration de force qui a permis à La Rochelle d’écœurer une équipe de Lyon pourtant largement en tête à la pause lors de l’ultime journée de championnat.

Les enseignements du passé

Les Toulousains sont conscients du défi qui se présente comme l’avoue le troisième ligne François Cros : "Face au Leinster, ils ont pris les Irlandais à la gorge et ne les ont pas lâchés jusqu’à la fin. Le pack tourne fort depuis un moment. Mais quand on est un joueur de rugby et qu’on joue devant, on aime bien, justement, ce genre de défi… Pour nous, il sera forcément intéressant à relever. On aime se frotter à ce qui se fait de mieux. C’est un sport de combat et il faut accepter ce combat, tout faire pour le maîtriser. C’est le secteur qui met les Rochelais dans l’avancée et si on arrive à contrer cette avancée, on leur posera pas mal de soucis. C’est évidemment une grosse clé du match." La puissance charentaise est une donnée bien connue des Toulousains, qui avaient réussi à la dompter en finale de Champions Cup puis du Top 14 la saison dernière, non sans mal comme l’évoquait alors l’entraîneur des avants Jean Bouilhou juste après le sacre européen : "J’avais dit aux joueurs que face aux Rochelais, les autres équipes avaient un peu refusé ce combat devant. Pour moi, il fallait s’affronter, passer par cette étape. La Rochelle nous attendait dessus, voulait marquer ainsi, a essayé en première mi-temps. Ce fut, je crois, son erreur. Nous avons été comme un roseau. Nous avons subi mais on n’a jamais rompu. Physiquement, nous avons aussi dominé, par instants, cette équipe. En début de deuxième mi-temps, j’ai en tête plusieurs séquences où on leur fait mal, celle où Rory Arnold tombe sur la ligne d’essai. L’équipe a été résiliente et a trouvé les ressources pour cabosser La Rochelle quand il le fallait."

Le paquet d’avants maritime a souvent le dernier mot donc, sauf peut-être face au Stade toulousain, qui a remporté les six dernières confrontations, à l’image encore du match décisif dans la course à la qualification le 30 avril au Stadium. "Tous les matchs sont intéressants pour avancer quand tu croises le même adversaire, reconnaît François Cros, Sur celui-là, nous avions répondu présents dans le combat et c’est davantage sur l’exploitation du ballon qu’on avait été un peu en danger, à vouloir jouer un peu trop. Il faut s’en servir en vue de samedi pour trouver des failles dans le système rochelais." Et il ne faut surtout pas oublier que le Stade toulousain a lui aussi conquis ses derniers titres sur la puissance de son paquet d’avants, avant de penser à lancer sa cavalerie dans la bataille.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?