International - Leicester - Saracens, une finale des sanctionnés en Premiership

  • Début mars, les partenaires de Harry Potter (ballon en main) s’étaient inclinés sur la pelouse des Saracens de sept petits points. De là à en conclure que la finale sera très serrée…
    Début mars, les partenaires de Harry Potter (ballon en main) s’étaient inclinés sur la pelouse des Saracens de sept petits points. De là à en conclure que la finale sera très serrée… PA Images / Icon Sport
Publié le

Sans surprise, la finale de Premiership va opposer, à Twickenham, les deux meilleures équipes du championnat. À noter qu’elles ont été sanctionnées pour avoir dépassé le salary cap, même si on a plus parlé de la punition des Saracens que celle de Leicester.

La finale n’a surpris personne : Leicester et les Saracens ont fait la course en tête depuis le mois de septembre. Ce sera le duel des revenants. D’un côté Leicester, bastion historique qui sort d’une période de cinq ans de vaches maigres. Les Tigres ont été revigorés par l’arrivée de Steve Borthwick comme manager et l’avènement de nouveaux talents : Freddy Steward, Ollie Chessum, Jack Van Poortvliet.

De l’autre côté, les Saracens le club dominant des dix dernières années, revenu dans l’élite après un an de purgatoire en deuxième division, pour avoir allègrement triché avec les règles du plafond salarial. Il est fascinant de voir comment les Londoniens ont réussi à revenir tout de suite au plus haut niveau, en gardant la même ossature (Itoje, Farrell), toujours sous la férule de Mark McCall qui semble inamovible.

Une manche partout en championnat

Mais il est frappant de voir que cette finale va se dérouler dans un contexte de surveillance renforcée. Premiership Rugby compte rabaisser le plafond salarial à 5 millions de livres (5,8 millions d’euros), puis le faire remonter à 6,4 millions de livres (7 millions d’euros) en 2024-2025. Les Saracens ne sont pas les seuls visés puisque Leicester aussi a été sanctionné, les Tigres ont été condamné en mars à une amende de 300 000 livres (349 000 €) pour avoir clairement dépassé la limite entre 2017 et 2021.

Les dirigeants de l’époque avaient imaginé un système basé sur des paiements non déclarés de droits d’image aux joueurs. De fait, on a bien compris que la plupart des clubs ont pris des libertés avec les règles mais que seuls les Saracens ont été durement sanctionnés pour avoir vraiment dépassé les bornes.

Andrew Rogers, responsable de la question à PRL, assure que la coopération est désormais totale entre les clubs, en agitant le spectre d’un pouvoir d’investigation de plus en plus puissant mais aussi d’une palette de sanctions toujours plus menaçant. Simon Massie-Taylor, patron de PRL, a rappelé tout l’intérêt de ce fameux plafond salarial. « C’est un mécanisme brillant pour préserver la compétitivité de notre championnat. Et nous devons être sûr que ce mécanisme est aussi efficace que possible. Nos nouveaux pouvoirs d’investigation sont un gage de crédibilité vis à vis des fans. » Rogers a ajouté : « Notre but est la transparence absolue mais je crois que nous n’irons pas jusqu’à publier les salaires des joueurs comme on le fait en NFL, aux États-Unis. En Europe, les gens n’aiment pas que soit révélé combien ils gagnent. » 

Il restera quand même un match à jouer sur le terrain, à quinze contre quinze, et, sincèrement, il est vraiment difficile de faire un pronostic entre ces deux grosses écuries. On ne peut que se référer aux deux oppositions directes : deux courtes victoires à domicile : 13-12 pour Leicester (le 2 octobre) ; 34-27 pour les Saracens (le 5 mars). Avec ça, on est bien avancé pour les pronostics.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Jérôme Prévôt
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?