Top 14 - La guerre du milieu entre les centres bordelais et montpelliérains

  • La guerre du milieu entre les centres bordelais et montpelliérains
    La guerre du milieu entre les centres bordelais et montpelliérains Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Le combat au centre du terrain va faire rage samedi, l’extraordinaire talent offensif du tandem Moeafana-Seuteni se trouvant opposé à un centre du terrain montpelliérain des plus hermétiques.

Ce serait peu dire, au sujet de l’UBB, qu’elle s’est longtemps empêtrée dans la défense francilienne dimanche dernier. La faute à une animation collective qui a longtemps manqué de liant, péchant notamment par manque d’agressivité dans la (re)conquête des ballons au sol, et obligea les Girondins à se reposer sur les exploits de leurs individualités. On pense ici à la charnière Lucu-Jalibert qui sut allumer les premières mèches, bien sûr, mais surtout à cette paire de centres composée de Yoram Moeafana et UJ Seuteni, considérée par nombre d’observateurs comme l’une des plus performantes du Top 14.

On en veut pour preuve cet essai somptueux inscrit en première main par Seuteni, sur lequel son compère Moefana fixa à lui seul rien moins que le duo international Gaël Fickou-Virimi Vakatawa, d’une course chaloupée ornée d’une petite passe lobée somptueuse. Un coup de génie évidemment synonyme de tournant du match...

Paillaugue, la clé du second rideau

Le truc ? Il est que face à ce duo de choc qui semble capable de trouver des solutions face à n’importe quel casse-tête défensif, Philippe Saint-André sait désormais pouvoir compter (au contraire de sa dernière opposition face à l’UBB...) sur le milieu de terrain le plus hermétique du Top 14, avec Jan Serfontein et Geoffrey Doumayrou – sans oublier le revenant Arthur Vincent. Trois hommes sur lesquels le staff du MHR sait pouvoir compter, aussi bien pour rivaliser dans le défi physique que dans la lecture des initiatives adverses.

L’arme absolue pour contrer les centres bordelais ? Sur le papier, il semblerait bien que oui. C’est pourquoi les Girondins – toujours bien aiguillés offensivement par leur entraîneur Frédéric Charrier – pourraient être amenés à rechercher des solutions dans le dos du premier rideau adverse, à l’image du coup réussi par Seuteni et Buros face au Racing. Un atout qui est également celui de Matthieu Jalibert, capable de décocher à n’importe quel moment un petit par-dessus pour lui-même. D’où la nécessité pour le MHR de se montrer particulièrement vigilant dans le deuxième rideau…

Un rôle qui sera évidemment dévolu au demi de mêlée Benoît Paillaugue, dont la mission consistera à ne pas reproduire les erreurs de jeunesse commises le week-end dernier par Le Garrec. Quitte à prendre le risque de ne défendre qu’à 12 sur le premier rideau dans l’entrejeu ? L’enjeu en vaut probablement la chandelle, oui…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Nicolas ZANARDI
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?