Super Rugby Pacific - Les Blues pour stopper l’hégémonie des Crusaders ?

  • La franchise d’Auckland est favorite pour conserver son titre.
    La franchise d’Auckland est favorite pour conserver son titre. ActionPlus / Icon Sport
Publié le

Ce samedi, les Blues défient les Crusaders en finale. Premiers de la phase régulière, les joueurs d’Auckland ont l’occasion de mettre fin à l’hégémonie de l’équipe de Scott Robertson, qui règne sur l’hémisphère Sud depuis 2017.

Ces Crusaders peuvent-ils être stoppés ? Dans un monde ovale où les hégémonies se font de plus en plus rares, la franchise néo-zélandaise fait figure d’exception. Le week-end dernier, le Leinster était par exemple éliminé en demi-finale de l’URC, quelques semaines après avoir chuté en finale européenne. En Océanie, la donne est différente. Année après année, les Noir et Rouge raflent tout sur leur passage, s’imposant comme la tornade la plus dangereuse du Pacifique et ne laissant que des miettes aux autres (85 % de victoires sur les six dernières saisons).

En 2017, face aux Lions, et après neuf ans de disette, les Crusaders version Scott Robertson remportaient leur premier titre. Bis repetita un an plus tard, toujours contre ces Sud-Africains. Rarement inquiétés lors des finales, ils s’adjugent de nouveau le Super Rugby en 2019, dévorant les Jaguares (19-3), tandis que même la pandémie ne freine pas leur dynamique.

Des Blues « difficiles à contenir »

Dans une version revisité de la compétition, entre Kiwis (le Super Rugby Aotearoa), les terreurs de Christchurch s’offrent deux nouvelles couronnes (2020, 2021), pour un total de cinq titres en cinq ans. La force de l’habitude. Ce samedi (9 h 05, heure française), à l’Ellis Park (Auckland) qu’on annonce à guichets fermés, Richie Mo’unga et les siens auront l’occasion de poursuivre leur incroyable série, après avoir vaincu les Chiefs en infériorité numérique, la semaine dernière.

Toutefois, ils retrouveront sur leur chemin l’équipe maison, les Blues, pour les empêcher de réaliser la passe de six. Et s’il y a une formation qui détient les clés pour freiner la furia, c’est probablement celle-là. Ces derniers mois, les partenaires de Beauden Barrett ont marché sur le Super Rugby de manière impressionnante, forts de treize victoires en quatorze rencontres. La franchise d’Auckland est même l’une des trois seules équipes à avoir fait tomber les grands Crusaders en 2022.

Avec leur paquet d’avants extrêmement dense (Sotutu, Ioane, Laulala), leur paire de centres magique (Tuivasa-Sheck, Ioane), ou encore leur facteur X (Barrett), les Blues pourraient faire tomber leurs voisins de leur piédestal. « Leur jeu est dangereux et, pour des raisons différentes, je pense que le nôtre l’est aussi », assure l’entraîneur aucklandais, Leon MacDonald.

L’année dernière, c’était d’ailleurs eux qui s’étaient adjugés la première édition du Super Rugby Trans-Tasman, après avoir laissé les Crusaders sur le carreau. Tout porte donc à croire que les hommes en bleu ont les qualités pour mettre fin à l’hégémonie de ces derniers. « Nous sommes confiants dans ce que nous avons fait tout au long de l’année, lance MacDonald. À certains moments, nous avons montré que nous pouvions être tenaces en défense, en mettant beaucoup de cœur. En attaque, quand nous faisons bien les choses, nous sommes difficiles à contenir. Et puis, nous avons un grand public derrière nous, ici. Donc cela nous donne aussi de la confiance. »

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Dorian VIDAL
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?