Top 14 - Castres, les « grands » petits du championnat

  • Comme lors de ses deux derniers succès en Top 14, en 2013 et 2018, Castres fait figure de « petit Poucet » lorsque l’on s’attarde sur l’environnement des quatre clubs demi-finalistes.
    Comme lors de ses deux derniers succès en Top 14, en 2013 et 2018, Castres fait figure de « petit Poucet » lorsque l’on s’attarde sur l’environnement des quatre clubs demi-finalistes. Icon Sport
Publié le

Comme lors de ses deux derniers succès en Top 14, en 2013 et 2018, Castres fait figure de « petit Poucet » lorsque l’on s’attarde sur l’environnement des quatre clubs demi-finalistes. En effet, d’un strict point de vue démographique, dire que le CO est un club de « village » est un euphémisme lorsque l’on considère la taille de la ville de la sous-Préfecture tarnaise par rapport à celle de ses adversaires.

Toulouse et son demi-million de Toulousains, Montpellier ou Bordeaux qui comptent respectivement 280 000 et 250 000 habitants pouvant toiser de haut la « Venise du Tarn » et ses 41 000 âmes. La taille de la bourse aussi n’est en rien comparable entre les Tarnais et les autres invités à la table des demi-finales.

Même si le CO peut compter sur un mécène puissant (le groupe Pierre-Fabre), son enveloppe budgétaire annoncée demeure la moins garnie du quatuor final. Les Tarnais sont en effet le dixième budget de la division avec un peu plus de 22,5 millions d’euros de budget, pas très loin derrière Bordeaux-Bègles (neuvième, 26 millions) et Montpellier (septième, 28 millions).

Toulouse, l’adversaire direct de Castres en demi-finale, évolue quant à lui dans les hautes sphères du classement avec un budget de 37 millions d’euros, faisant de lui le deuxième plus gros portefeuille du championnat, derrière le Stade français du docteur Wild.

Reste que, même si les Castrais font figure de petit Poucet de ce quartet de géants et que leur territoire est enclavé, ils n’en restent pas moins sportivement grands. Le CO a su faire de ce fait une force. Il a terminé premier de la phase régulière, s’est offert le scalp de toutes les équipes du Top 14 au moins une fois, les plus grosses y compris (à l’exception de Bordeaux-Bègles, seule équipe ayant réussi à ne pas perdre à Pierre-Fabre) et est l’équipe la plus titrée, avec Toulouse, sur les dix dernières années.

Bref, tant qu’un match de rugby se gagnera sur le pré, avec des hommes, du cœur et des c…, les Tarnais ne seront jamais battus d’avance. Ce ne sont pas le Racing 92, Montpellier ou le Stade toulousain, tous déjà éliminés par le CO en phase finale, qui diront le contraire…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?