Top 14 - Souviens-toi avril dernier, Gaëtan Barlot…

  • Face à Julien Marchand et Peato Mauvaka, deux de ses principaux concurrents en équipe de France, le jeune Tarnais Gaëtan Barlot devra livrer une prestation trois étoiles.
    Face à Julien Marchand et Peato Mauvaka, deux de ses principaux concurrents en équipe de France, le jeune Tarnais Gaëtan Barlot devra livrer une prestation trois étoiles.
Publié le

Face à Julien Marchand et Peato Mauvaka, deux de ses principaux concurrents en équipe de France, le jeune Tarnais Gaëtan Barlot devra livrer une prestation trois étoiles, comme il a su le faire lors de la dernière confrontation entre les deux clubs…

C’est un de ces rendez-vous qui vous marquent un homme et sa carrière. Un de ces matchs que Gaëtan Barlot prendra plaisir à raconter à ses petits-enfants au coin du feu, une fois le soir de sa carrière venue… Vendredi, à l’Allianz Riviera de Nice, le talonneur castrais jouera la première demi-finale de Top 14 de sa vie face au prestigieux Stade toulousain, tenant du titre, qui alignera dans ses rangs Peato Mauvaka et Julien Marchand, les deux indéboulonnables talonneurs de l’équipe de France.

Les deux Toulousains qui se partagent la quasi-totalité du temps de jeu en Bleu, ne laissant que des miettes au cercle fermé de leurs doublures, que Gaëtan Barlot a réussi à intégrer à l’été 2021 pour la tournée en Australie après sa fabuleuse première saison de Top 14 sous les couleurs castraises, arrachant quatre matchs sous le maillot frappé du Coq. Quatre sélections et puis… plus rien ou presque pour Barlot, qui passa l’essentiel du dernier Tournoi des 6 Nations en tribunes, sans pouvoir disputer la moindre minute. Dans l’ombre, toujours, du duo Marchand-Mauvaka…

Il a marché sur Toulouse… et sur Mauvaka

Mais voilà, vendredi, « GB » aura l’occasion de montrer, face à ce qu’il se fait de mieux à son poste en France (qui a dit en Europe ?), qu’il peut rivaliser et se hisser au niveau de ses deux adversaires et concurrents. De quoi l’inhiber et le laisser dans ses petits souliers ? Sûrement pas. Car l’Auvergnat a déjà connu une configuration de match similaire récemment. C’était au mois d’avril dernier, à l’occasion de la 22e journée de Top 14.

Le Castres olympique recevait ce jour-là son voisin toulousain, venu pour être le premier à faire tomber le CO sur la pelouse de Pierre-Fabre. Et ce soir-là, Barlot avait fait basculer la rencontre en se montrant très à son avantage. Entré en jeu à la mi-temps en remplacement de Paula N’Gauamo, Barlot avait roulé sur Peato Mauvaka pour inscrire le seul essai du match et précipiter le sort de la rencontre dans l’escarcelle de son équipe (victoire du CO, 19-13).

À l’époque, conscient du risque que son équipe subisse un certain déficit physique, notamment en deuxième période, Pierre-Henry Broncan avait fait le choix de placer sa bombe humaine en réserviste, profitant ainsi de son impact en fin de match. Un coup de maître qui s’est soldé par un essai et une prestation très aboutie du numéro 2 tarnais, symbolisée par dix charges balle en mains et dix plaquages réussis.

Nul doute qu’une des composantes principales des chances de victoire castraise tiendra dans cette capacité des Tarnais à remporter la guerre du physique. Gaëtan Barlot aura son mot à dire dans cette lutte de tous les instants …

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
David BOURNIQUEL
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?