Un match de gala pour les 130 ans du Bouclier de Brennus

  • Racingmen et Parisiens se retrouveront ce week-end pour disputer une réplique de la finale de 1892.
    Racingmen et Parisiens se retrouveront ce week-end pour disputer une réplique de la finale de 1892. Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Une rencontre, opposant des amateurs de rugby et des (anciens) joueurs des deux clubs se jouera, samedi midi, au Stade Christophe-Dominici, afin de célébrer les 130 ans du premier championnat de France et donc du Bouclier de Brennus.

Amateurs du ballon ovale, n’avez-vous jamais eu l’envie de voir à quoi ressemblait le rugby d’antan, dans les années suivant la création de ce sport si spécial à bien des égards ? Si vous avez déjà ressenti ce désir, un événement pourrait retenir votre attention. Samedi, à Paris, au stade Christophe-Dominici, une fête organisée par l’association « Seine Event » célébrera les 130 ans du Bouclier de Brennus et la première édition du championnat de France. Ainsi, à midi, un match Stade français - Racing Club de France, affiche de la première finale du championnat de France, se jouera dans les conditions d’époques.

Adieu le rugby moderne, fait d’équipements taillés pour la performance, aux règles récentes toujours plus compliquées et pointilleuses, et à tout ce qui rappelle de près ou de loin la décennie en cours. Cette journée sera un vrai retour en arrière, un bond dans le passé à destination de 1892. Vincent Ploux, bénévole de l’association, détaille cette folle reconstitution : « Les gens vont être déguisés de manière à rappeler la mode de l’époque (ombrelles, moustaches, hauts de forme, etc.) et on leur distribuera également des canotiers. Nous allons mettre des musiques d’époque pour se replonger dans cette ambiance de 1892. »

Un match comme au XIXe siècle…

Mais il n’y a pas qu’aux bords de la pelouse que l’atmosphère sera d’époque. Sur le pré, les joueurs auront « des maillots vintages, avec les noms des anciens joueurs, développés spécialement pour qu’ils ressemblent aux anciennes tenues, précise Vincent Ploux. Le ballon sera en cuir, patiné et l’arbitre sera déguisé en baron Pierre de Coubertin, qui fut l’arbitre de la finale. » Dans cette logique, les règles ne seront pas celles d’aujourd’hui mais celle de la fin du XIXe siècle.

Un essai ne vaudra donc pas cinq mais un point, la transformation deux points et si un assaillant est tenu dans l’en-but adverse, cela lui octroiera également un point, mais sans transformation. Afin de ne pas se tromper dans le règlement, « Seine Event » a collaboré avec la Ligue d’Ile-de-France de rugby : « Nous nous sommes tournés vers la Ligue pour avoir un règlement adapté et nous avons attendu leur accord sur les règles. »

…avec des (anciens) joueurs pros

Il y aura également une autre spécialité autour de cet événement : les amateurs de rugby, licenciés dans des clubs essentiellement de la région parisienne qui se seront inscrits, pourront jouer avec leurs idoles, des joueurs et anciens joueurs du Stade français et du Racing. Pierre Rabadan, ex-troisième ligne des Soldats roses durant dix-sept saisons, Arthur Gomes, Christophe Deslandes, Thierry Janecseck et Christophe Reight seront notamment de la partie

La rencontre se déroulera donc dans un esprit convivial, prônant le beau jeu et évitant les contacts physiques superflus. À l’issue des quatre-vingts minutes, le Bouclier de Brennus sera donné au vainqueur de ce duel francilien. Évidemment, il ne s’agira pas de l’original mais d’une réplique réalisée par un artisan.

Comme en 1892, la confrontation se tiendra dans le XVIe arrondissement de Paris et deux mille personnes sont attendues. « S’il y en a mille, on sera déjà très content. L’essentiel est que les gens viennent s’amuser et qu’ils se retrouvent autour du jeu et de l’ambiance proposé. Nous voulons entretenir la ferveur et l’amour de notre sport. C’est une belle fête pour célébrer les joueurs de l’époque, amateurs de l’Ovalie, ainsi que le Brennus. L’idée, qui est celle du président de l’association Nicolas Mariotte, était trop belle et unique pour ne pas se concrétiser », conclut l’amoureux l’organisateur de l’événement.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Kelman MARTI
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?