Une équipe drômoise de Châteauneuf Saint Marcel en mission

  • Une équipe drômoise de Châteauneuf Saint Marcel en mission
    Une équipe drômoise de Châteauneuf Saint Marcel en mission ESCM - ESCM
Publié le

Depuis le début de saison, la réserve de l’entente Châteauneuf-Saint-Marcel est animée par la volonté de rendre hommage à Paul-Andréas Grand, décédé au printemps 2021.

A l’autre bout du fil, la voix s’enroue un peu. L’émotion de Christophe Thibaut, l’entraîneur de la réserve de Châteauneuf-Saint-Marcel, est palpable. Si la parole devient difficile, ce n’est pas en raison de la qualification de son équipe pour la finale. Le coach peine a trouvé ses mots quand il évoque la mémoire de Paul-Andréas Grand. En avril 2021, le jeune deuxième ou troisième ligne centre, âgé de 21 ans, disparaissait suite à un accident cardiaque, marquant tout le groupe senior. « Les joueurs se sont faits une promesse, explique Christophe. Ils se sont promis d’aller chercher le bouclier. »

Chose facile à dire, pas facile à faire. Au terme d’une saison jusqu’ici vierge de toute défaite en vingt-six matchs, et déjà riche de deux boucliers, celui du secteur Drôme-Ardèche et le bouclier de champion Aura, les Drômois sont à quatre-vingt minutes de tenir leur engagement. Il s’en est pourtant fallu de peu… Dimanche dernier, contre le Scuf, ils ont passé les quinze dernières minutes à préserver leur avantage au tableau d’affichage (16-21). « On ne doit jamais passer », juge le capitaine et demi de mêlée, Jérémy Robichon (38 ans), l’un des papas de l’équipe avec le deuxième ligne, Thomas Drogue. « Paul-Andréas doit être avec nous… C’était un gamin réservé. Il ne faisait pas de bruit mais c’était un vrai guerrier sur un terrain. On s’est dit que nous allions aller au bout pour lui. »

Un Portrait porte-bonheur

Ce supplément d’âme, outre des qualités rugbystiques évidentes et une dynamique de club positive, leur a sûrement permis de réaliser ce beau parcours et de passer en finale. Au coup de sifflet final, les joueurs, épuisés, ont mis plusieurs minutes à récupérer. À chaque match depuis le début de saison, un portrait de l’ancien apprenti boulanger accompagne l’équipe dans les vestiaires. « Nous avons toujours un mot pour lui, révèle Christophe Thibaut. Et son père nous suit tout le temps. C’est assez fort. »

Il reste maintenant un dernier effort à fournir contre Mazères-Cassagne, une de ses équipes du Sud-Ouest qui réussit si peu aux équipes du secteur depuis le début des phases finales, toutes divisions confondues. Les Drômois comptent sur leur cohésion et le seizième homme présent dans leurs pensées pour renverser une dernière montagne. « J’ai vraiment une équipe, se réjouit le coach. Elle vit un parcours exceptionnel, avec cette âme en plus. Nous allons maintenant disputer la dernière étape, la plus belle. »

Et dans les temps faibles, quand il faudra faire l’effort en plus pour rattraper un adversaire par le bon du short, ils sauront où puiser la force supplémentaire et être digne du souvenir de leur coéquipier trop tôt disparu.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?