Top 14 - Trinh-Duc - Picamoles : la belle histoire, à point nommé

  • François Trinh-Duc et Louis Picamoles vont retrouver Montpellier en demi-finale.
    François Trinh-Duc et Louis Picamoles vont retrouver Montpellier en demi-finale. Icon Sport
Publié le

Les deux joueurs emblématiques de Montpellier, François Trinh-Duc et Louis Picamoles, jouent désormais à l’UBB pour leur dernière saison. Et leur rôle est loin d’être insignifiant.

C’est l’une des curiosités de cette demi-finale. Elle marquera le dernier ou l’avant-dernier match de deux joueurs bordelais emblématiques, deux amis d’enfance nés la même année (1986), devenus internationaux durant le même tournoi (2008). Deux joueurs bordelais mais dont l’image reste attachée à… Montpellier. C’est là que Louis Picamoles et François Trinh-Duc ont débuté il y a quinze ans.

Ils étaient à l’époque les symboles de la formation de ce nouveau club d’élite. Le numéro 8 a joué 119 matchs en deux périodes distinctes (2005-2009 ; 2017-2021) ; l’ouvreur en a connu 201 en onze ans (2005-2016). Les deux vétérans sont arrivés en 2021 en Gironde, Picamoles en cours de saison en tant que joker médical, Trinh-Duc a débarqué à l’intersaison, avec évidemment une étiquette de doublure prestigieuse de Matthieu Jalibert.

Les deux hommes ne seront pas forcément titulaires samedi. Mais en prenant un peu de recul, on se rend compte qu’ils auront vraiment marqué leur passage à Bordeaux. Sportivement d’abord, ils ont apporté leur pierre à l‘édifice du parcours de l’UBB. Louis Picamoles a joué dix-neuf matchs de Top 14, dont seize comme titulaire. Christophe Urios lui a fait faire quatre matchs en position de deuxième ligne.

François Trinh Duc aura fait plus de matchs qu’on aurait pu le croire puisque Matthieu Jalibert en plus des sélections potentielles a subi une succession de blessures. Il a joué vingt-trois rencontres, dont douze comme titulaire. C’est vrai, il ne propose pas dans son jeu la vitesse exceptionnelle de son illustre cadet. Mais derrière cette première impression, on se souvient d’au moins deux occasions où Trinh Duc fut décisif, la victoire à domicile face à Clermont le 30 octobre quand il fit son entrée en deuxième mi-temps pour suppléer Ulupano Seuteni, testé à l’ouverture.

Par sa maitrise du poste et sa justesse, il renversa totalement le cours de la rencontre. Puis il y eut ce succès 23 à 22 in extremis à l’extérieur et cette performance personnelle, saluée par Christophe Urios le 24 avril.
Précision, c’était à Montpellier.

Finir sur une embellie

On imagine que Christophe Urios avait une idée derrière la tête en les faisant venir, celui de crééer une belle histoire, la réunion de deux amis d’enfance qui veulent finir sur une embellie. C’est avec ce genre de situations qu’on finit de cimenter un groupe.

Et au delà de toutes les péripéties de ces derniers jours, on se rend compte de tout le poids des deux « Montpelliérains exilés ». C’est eux que Matthieu Jalibert a cités dans sa fameuse déclaration d’après match sur Canal Plus. « On est juste en mission pour les joueurs. On a des joueurs comme François (Trinh-Duc) ou Louis (Picamoles) qui vont finir leur carrière. Après tout ce qu’ils ont donné au rugby français, on a juste envie de les faire sortir par la grande porte, tout simplement. On a pris les choses en mains, et aujourd’hui, on a fait un grand match. »

On a aussi compris que François Trinh-Duc et Louis Picamoles ont été des moteurs dans la période déicate qui a suivi le match perdu à Perpignan. Ils ont fait partie, avec Maxime Lucu, de ceux qui ont pris le groupe en main puisque Christophe Urios avait décidé de laisser les joueurs prendre leurs responsabilités, pour créer un électrochoc. Leur passage n’aura donc pas été insipide, c’est le moins qu’on puisse dire.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?