Transferts - À Narbonne, une réorganisation en urgence

  • Dans l'attente d'un éventuel repreneur pour le RCN, c'est Xavier Marco qui prendra les rênes du club orange et noir.
    Dans l'attente d'un éventuel repreneur pour le RCN, c'est Xavier Marco qui prendra les rênes du club orange et noir. L'Indépendant - L'Indépendant
Publié le

Si du côté du staff et du recrutement, le Racing Club Narbonnais navigue toujours à vue, les Audois commencent à y voir plus clair concernant la présidence.

Jusqu’ici plutôt dans l’ombre, Xavier Marco, l’un des membres fondateurs de la structure professionnelle du Racing Club narbonnais, revient dans la lumière pour tenter de sauver son club qui vit des jours bien compliqués après l’euphorie de sa montée en Pro D2. À la fin du mois d’avril, tous les présidents (Philippe Campos, Marc Delpoux, Gilles Belzons, Jean Ormières et Xavier Marco) avaient exprimé leur volonté de « passer la main » dans l’espoir de trouver un repreneur.

Deux mois plus tard, « personne ne s’est présenté. Ça ne se bouscule pas au portillon », affirme Philippe Campos, les quelques noms circulant dans le Narbonnais n’étant que « des rumeurs car les gens veulent se rassurer mais aujourd’hui si rien ne change, le club disparaîtra dans deux mois », explique Gilles Belzons. Dans l’impasse et sans piste concrète concernant un éventuel repreneur, le RCN réfléchit donc à un plan B en commençant une réorganisation en interne. Philippe Campos a présenté sa démission lors du dernier conseil d’administration, Gilles Belzons, lui, ne prend pour l’heure pas officiellement la direction de la sortie, Marc Delpoux, quant à lui, avait annoncé depuis plusieurs mois, déjà, qu’il prendrait du recul en ne prenant plus en charge ni le sportif ni le recrutement la saison prochaine.

Des ambitions revues à la baisse

Xavier Marco a donc décidé de prendre les devants : « J’ai senti qu’il fallait que je monte d’un cran. L’objectif est de restructurer. Nous avons encore le soutien de nos partenaires. Je ne vois pas Narbonne en Fédérale 3. Je veux remettre de l’ordre, fédérer et faire passer un message positif », assure celui que l’on surnomme « Zaza ». Ceux qui espéraient que le club orange et noir retrouve le Pro D2 la saison prochaine seront bien déçus. En tout cas, ils sont prévenus car pour qu’une équipe soit performante, il faut au minimum de bons joueurs, un staff solide, des structures correctes et, bien sûr, un peu d’argent.

En ce qui concerne les joueurs, avec vingt et un départs (officiels) et zéro recrue actée, le RCN n’est pas en avance sur son recrutement bien que le club souhaite « miser sur ses espoirs ». Pour ce qui est du staff, à ce jour et officiellement, il reste inchangé puisque des négociations sont toujours en cours, le club n’ayant pas vraiment le choix de faire quelques économies, tant sur les salaires que sur la masse salariale.

En ce qui concerne les structures et notamment les loges du stade, le maire de la ville, Didier Mouly, a confirmé dans les colonnes de L’Indépendant que le projet débuterait « au second semestre 2022 pour une livraison prévue en 2023 ». Voilà déjà une avancée. Enfin pour le côté financier, le club audois ne roule pas sur l’or ce n’est un secret pour personne mais Philippe Campos se veut rassurant, expliquant que si, « pour l’heure, le budget prévisionnel est en déficit, la situation sera nette pour la saison prochaine ».

Pour toutes ces raisons, le RCN ne peut, à ce jour, envisager une remontée en Pro D2 : « On est vraiment en retard pour maintenir ce club dans une position professionnelle. Cette saison sera une période de transition avec une équipe jeune et l’objectif sera de se maintenir en Nationale. » Une chose est sûre, si aucun repreneur ne se présente pour le RCN, une réorganisation en interne aura lieu avec les actuels présidents pour maintenir ce club à flot.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Manon Moreau
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?