Amateurs - La grande réforme de la Fédérale 3 n’aura pas lieu

  • HUITIEME DE FINALE DE CHAMPIONNAT DE FRANCE A SAINTES MATCH OPPOSANT L USEP (EN NOIR) A SAINT MALO (EN BLANC) VICTOIRE DE L USEP 19-16
    HUITIEME DE FINALE DE CHAMPIONNAT DE FRANCE A SAINTES MATCH OPPOSANT L USEP (EN NOIR) A SAINT MALO (EN BLANC) VICTOIRE DE L USEP 19-16 DDM - DDM - JEAN PATRICK LAPEYRADE
Publié le

Alors que la Fédérale 3 devait se disputer la saison prochaine sous une formule complètement novatrice en deux phases distinctes à partir de décembre, la grogne des clubs a finalement eu raison de la réforme, la FFR ayant décidé en début de semaine de revenir à vingt poules de dix.

La révolution a fait long feu. Alors que le FFR avait ainsi officialisé lors de l’Assemblée Générale de Bagnères-de-Bigorre sa nouvelle formule pour la Fédérale 3 la saison prochaine (avec jusqu’au mois de décembre des poules de six gérées par les Ligues), celle-ci a été tuée dans l’œuf par la grogne générale des clubs, à la grande déception de son instigateur Patrick Buisson. « Cette formule nous paraissait cohérente et intéressante pour restructurer les compétitions territoriales, mais je crois que les clubs n’étaient historiquement pas prêts à disputer un championnat scindé en deux phases. Plus on avançait dans l’élaboration de notre projet, moins on ressentait une adhésion et on a à partir de là décidé de faire amende honorable. S’il n’y avait pas adhésion, c’est peut-être que nous n’avions pas suffisamment bien expliqué le projet, ou admettre avec humilité qu’il n’était tout simplement pas bon. Avec cette formule deux phases, la grande majorité des équipes allait être reversée en Challenge tandis que 48 clubs seulement allaient pouvoir jouer la montée et le titre de Fédérale 3 et à cela, les clubs n’étaient pas prêts. »

Six qualifiés et deux relégués par poule ?

C’est pourquoi la FFR se trouve obligée de changer en urgence son fusil d’épaule, bien consciente qu’avec 200 clubs, la F3 comptera (encore…) beaucoup trop de participants, puisqu’elle recense plus du double de clubs qu’à l’échelon supérieur. « Le problème est que pour organiser leurs poules de six, certaines Ligues avaient promu un certain nombre de clubs auxquels on ne peut pas dire maintenant qu’ils doivent redescendre en Régionale 1… On se retrouve donc avec 200 clubs en Fédérale 3, ce qui est beaucoup trop, puisque notre objectif demeure à moyen terme de redimensionner cette Fédérale 3. » De quoi imaginer une formule drastique, avec trois relégations par poule pour arriver le plus rapidement possible à 160 clubs ? « Ma première réflexion était de revenir à des poules de douze, pointe Buisson. Mais comme les clubs tiennent à leurs poules de dix, on ne peut décemment pas reléguer trois clubs par poule. Je pense donc qu’on va partir sur deux relégués par poule, même si ce n’est pas encore gravé dans le marbre. Quant aux phases finales, je pense que l’on va repartir sur des 64e de finale. » Soit six équipes qualifiées par poule, tandis que les seize meilleurs septièmes pourraient disputer un barrage. De quoi au moins susciter des enjeux pour tout le monde pendant toute l’année, à défaut de tirer la compétition vers le haut…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?