Cap sur Houston pour les Barbarians français

  • Dimanche, les Barbarians français vont s’envoler pour Houston afin d'affronter, vendredi prochain, l'équipe nationale des Etats-Unis.
    Dimanche, les Barbarians français vont s’envoler pour Houston afin d'affronter, vendredi prochain, l'équipe nationale des Etats-Unis. Icon Sport
Publié le

Dimanche, les Barbarians français vont s’envoler pour Houston afin d'affronter, vendredi prochain, une équipe nationale des Etats-unis qui préparent son barrage de qualification au Mondial 2023.

Quarante-trois ans après leur création, les Barbarians français se produiront pour la première fois aux États-Unis, vendredi 1er juillet (2h30 du matin dans la nuit du vendredi au samedi en France). Les Baa-Baas se sont jusqu’ici illustrés en Angleterre, au pays de Galles, en Irlande, en Australie, en Argentine, en Afrique du Sud, en Nouvelle-Zélande, au Canada, en Belgique, en Géorgie ou au Japon. La semaine prochaine, sous l’égide de Denis Charvet et Laurent Pardo, ils ajouteront une ligne à leur légende.

Cette formation – placée hors du temps et des codes habituels – ne s’était plus produite sur un territoire étranger depuis la tournée en Nouvelle-Zélande et en Nouvelle-Calédonie en 2018, en raison notamment de l’épidémie de Covid. En novembre dernier, c’est à Lyon qu’elle avait étrillé le Tonga (42-17), prouvant – avec la manière sur le terrain et les émotions en-dehors – que sa magie opérait toujours. Cette fois, à Houston (Texas), elle va essayera de relever un sacré défi.

En face, il y aura une sélection américaine qui prépare ses deux matchs de barrage pour la qualification à la prochaine Coupe du monde contre le Chili (aller le 9 juillet et retour le 16 juillet). C’est dire si, sous un soleil de plomb, l’opposition sera sérieuse.

Romain Sazy capitaine

Entraînés par le manager de Carcassonne Christian Labit, déjà aux commandes à l’automne passé et qui sera épaulé par l’ancien troisième ligne rochelais Kevin Gourdon, contraint de mettre un terme à sa carrière en cours de saison, les Barbarians démontreront encore combien le rugby reste un jeu et une affaire d’hommes. « J’ai soumis l’idée à Kevin il y a quelque temps, raconte Charvet. Elle a fait son chemin. Il n’a jamais porté ce maillot alors qu’il l’aurait parfaitement représenté. La symbolique est belle. Il m’a demandé : « Comment je vais entraîner ces mecs ? ». Je lui ai dit : tu vas mettre tes trente ans de rugby en application et ce sera génial. »

Son ex-coéquipier Romain Sazy, présent en novembre, sera le capitaine de l’équipe. « C’est un super mec, un exemple, insiste Charvet. Il le mérite. » La composition même du groupe reflète l’osmose recherchée entre tous les profils dont ruisselle ce sport : des internationaux confirmés (Trinh-Duc, Picamoles, Poirot), des jeunes à fort potentiel (Corato, Berjon, Foursans, Hemery, Maximin), des joueurs reconnus de Top 14 (Aguillon, Roumat, S. Taofifenua, Pélissié, Joly), d’autres de Pro D2 (Lagarde, Marques, Wavrin), des meneurs de combat (Acebes, Sazy, Maynadier) ou des animateurs de vie (Ducuing, Dubié).

Il faut de tout pour faire ce monde. « On a voulu récompenser les anciens, promouvoir les jeunes et prendre des garçons de Pro D2 pour souligner la qualité de cette division, poursuit le manager. Fabien Galthié le fait, nous aussi. » Le propre des Baa-Baas, et ce sera vrai à Houston, c’est tout autant de profiter de l’instant présent que d’être digne d’un héritage et de préparer l’avenir.

La suite, ce sera – outre la présence du Barbarian Rugby Club à l’édition 2022 de l’In Extenso Supersevens en août dont il est tenant du titre – à Lille, où ils affronteront les Fidji le week-end du 20 novembre prochain. Une sélection à qui ils seront opposés pour la troisième fois (après 1989 et 2001) et qu’ils n’ont encore jamais battue. Nouveau défi à leur (dé)mesure.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?