Fédérale 3 - Bandas à Tarare

  • De nombreux bénévoles (ici au premier plan) planchent toute la saison pour organiser une soirée devenue une institution à Tarare.
    De nombreux bénévoles (ici au premier plan) planchent toute la saison pour organiser une soirée devenue une institution à Tarare.
Publié le

Après deux ans d’arrêt, le club de Tarare organise ses traditionnelles Bandas pour une soirée de fête dans toute la ville.

Une fois par an, les Tarariens ressemblent à des héros de bande dessinée, coiffés de tresse et encerclés de forts romains. Ils partagent avec eux la même peur : que le ciel leur tombe sur la tête au plus mauvais moment. Heureusement, après une fin de semaine orageuse sur la ville et le département du Rhône, un grand soleil devrait revenir sur la ville demain pour permettre un retour radieux pour les fameuses Bandas. Organisées tous les ans depuis plus d’une vingtaine d’années, par le club de rugby, elles mettent toute la ville en fête pour une soirée en musique. Inspirée du Sud-Ouest, cette manifestation, unique dans la région, est devenue une institution. Après deux ans d’interruption, une cinquantaine de bénévoles du club, joueurs compris, dans une bodega tenue par leurs soins, sera à pied d’œuvre pour organiser l’événement, servir des rafraîchissements et des repas, demain soir de 18 heures à 2 heures du matin. Sept groupes seront présents demain soir pour égayer la soirée des rugbymen et des présents.

Difficultés à se renforcer

Au-delà de l’aspect festif, l’événement apporte quelques subsides financiers importants pour un club bien ancré dans son territoire. «Nous préparons cet événement toute l’année, rappelle le co-président, Jean-Pierre Rodet. Nous avons une commission et nous organisons l’événement avec l’accord de la mairie. Après tout dépend de la météo.» Cette fois la chance devrait tourner. Ce ne fut pas forcément le cas sur le terrain cette année. Pour sa cinquième saison en Fédérale 3, dont deux saisons tronquées, Tarare a raté la qualification pour quelques dixièmes de point. L’équipe termine finalement à la cinquième place, juste derrière Bellegarde-sur-Valserine, une formation de l’Ain que les protégés de Bruno Mousset avaient pourtant battue deux fois cette saison… Arrivé en Honneur, l’entraîneur, un des principaux artisans de l’accession, mesure tout de même le chemin parcouru. «Nous avons réussi à pérenniser le club en Fédérale 3, se réjouit-il. Mais la saison prochaine va être bizarre. Il faudra être performant dès le début de saison pour se retrouver dans le bon chapeau…»

Sauf évidemment si les rumeurs du milieu de semaine devenaient réalité. Dans tous les cas, outre la future réussite du retour des bandas, à moins que les météorologues se soient trompés dans leurs prévisions, un autre invariant est la difficulté à se renforcer. Éloigné de Lyon, pourtant rendu plus près par l’ouverture de l’A89 il y a quelques années, Tarare peine parfois à se renforcer. Beaucoup de rugbymen devraient venir demain soir. Cela devrait leur donner envie de rester !

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?