Top 14 - Bastien Chalureau (Montpellier), repris de justesse

  • Bastien Chalureau a livré une belle partie face à l'UBB, samedi dernier.
    Bastien Chalureau a livré une belle partie face à l'UBB, samedi dernier. Icon Sport
Publié le

Après ses déboires personnels, le deuxième ligne Bastien Chalureau a enfin saisi la chance qui lui était donnée à haut niveau.

Début mai, la sentence est tombée pour Paul Willemse : rupture du ligament latéral du genou droit et quatre mois d’indisponibilité… Comment se passer de la poutre du XV de France ? Et si les espoirs de titre du MHR avaient pris fin ce jour-là ? Juste l’annonce de la fin de saison de Cobus Reinach, c’était le coup de massue pour le staff. Deux poids lourds en moins, mais manifestement des ressources en réserve. Si Benoît Paillaugue fait aussi figure de miraculé en numéro 9, lui qui fut blessé toute la saison ou presque, que dire de Bastien Chalureau…

C’est lui qui a hérité du numéro 5 dans le dos et qui, à 30 ans désormais, vit (enfin) ses heures de gloire dans l’élite. Parce que le parcours du garçon est cabossé, comme l’homme. Après quatre saisons pleines en Pro D2 à Perpignan puis Nevers, l’intéressé avait choisi de revenir dans son club formateur du Stade toulousain en 2019, d’où il était parti quelques années plus tôt sans jamais goûter à l’équipe première.

La belle histoire a vite tourné au vinaigre… Un seul match, une garde à vue pour agression en février 2020 et une plainte à son encontre pour propos racistes. Condamné à six mois de prison avec sursis dans cette affaire (il a fait appel, c’est en cours), Chalureau s’était déjà relancé ailleurs. à Montpellier où, quelques mois après cette sombre nuit, il se voyait sûrement offrir une dernière chance.

Azam : « Il a eu un déclic »

Dans l’Hérault, il a su la saisir. « Chalu, c’est quelqu’un d’attachant, c’est quelqu’un d’entier, assure son entraîneur Olivier Azam. Quand il est en confiance et qu’on l’accompagne, il rend. Il bosse, il travaille. Et puis je pense qu’il a eu un déclic à un moment. Il s’est dit : « Je suis en train de passer à côté d’un truc. » Quand on a eu une discussion, la question c’était : « Tu commences quand ta carrière ? » La réponse, il la donne sur le terrain. Le fait de perdre Paul Willemse aurait pu être très inquiétant pour n’importe quelle équipe. Mais Chalu enchaîne les performances. Vous le savez bien, il a eu des déboires. Il a mûri. »

Excellent face à l’UBB et impressionnant dans les zones de combat, Chalureau a avancé. Au sens propre comme au figuré. Azam savoure : « Quelque part, on a plusieurs joueurs avec des profils revanchards : Bécognée qui vient de Pro D2, Verhaeghe qui n’était pas dans le coup à Toulouse, Camara critiqué quand il a signé à ici et qu’il venait soit disant pour remplir le coffre fort. »

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?