Staniforth seul au niveau... Vincent et Mercer en patrons : les notes de Castres-Montpellier

  • Les notes de Castres-Montpellier
    Les notes de Castres-Montpellier Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Les joueurs de Montpellier ont réalisé un match très solide dans l'engagement. On ne les a jamais senti en danger avec en fer de lance Chalureau et Mercer. Derrière, Vincent a été réalisé un match taille patron tout comme sa ligne de trois quarts. Côté CO, dans un naufrage collectif, seul le deuxième ligne australien a semblé pouvoir rivaliser tant dans l'intensité que dans la densité physique. Les autres ? Sans doute ont-ils été submergés par l'émotion à l'image de Palis et Nakosi qui ont provoqué la chute de leur équipe. 

Les notes de Castres

1. Quentin Walcker (3/10)

À l’image de sa formation, le jeune gaucher catalan a semblé submergé par l’émotion en début de rencontre, commettant plusieurs grosses erreurs comme ce ballon arraché dans ses mains par Chalureau qui aboutit à l’essai de Bouthier (13e), ou ce mauvais positionnement au point de recevoir une chandelle sur le dos (29e). Un bon contest à la 42e, petit crédit en regard d’une prestation souffreteuse en mêlée. Remplacé dès la 47e par un Wayan De Benedittis qui crut débloquer la situation après une belle charge, mais ne parvint pas à aplatir (56e).

2. Gaëtan Barlot (3,5/10)

Contré dès son premier lancer, le talonneur tarnais a eu du mal à régler la mire, à l’image d’un autre ballon égaré à la 32e. Peu en vue ballon en main (3 petits mètres gagnés), il a lui aussi donné l’impression de subir l’événement. Remplacé à l’heure de jeu par Paula Ngauamo, qui a apporté son engagement mais aussi un certain déchet (2 plaquages manqués).

3. Wilfrid Hounkpatin (3,5/10)

Il a démarré le match dans la difficulté, gêné par les poussées diagonales de Lamositele. A cherché de l’activité, mais s’est montré toutefois naÎf en défense en oubliant de garder l’axe du ruck sur l’essai de Verhaeghe (9e). Remplacé à la 52e par Levan Chilachava qui a eu le mérite d’apporter sa puissance en mêlée, avec 2 pénalités récoltées (54e, 61e), mais a également été pénalisé au sol (67e) et ressortit sur blessure de la pelouse à la 71e.

4. Florent Vanverberghe (3/10)

Il fut l’un des rares castrais à proposer des relais saignants en début de match, avant de voir sa dynamique gâchée par un ballon échappé au contact (17e). Peu en vue par la suite, au point d’être remplacé dès la 43e par Loïc Jacquet, qui sut rectifier le tir au niveau des annonces en touche, sans grand impact toutefois sur la suite des événements.

5. Tom Staniforth (5/10)

Comme à son habitude, il fut l’un des Tarnais les plus actifs en défense, avec 10 plaquages au compteur. En revanche, bien ciblé par les défenseurs montpelliérains, il n’a jamais réussi à mettre franchement son équipe dans l’avancée même s’il n’a pas une fois de plus pas ménagé ses efforts. De loin le meilleur joueur de son équipe.

6. Mathieu Babillot (3,5/10)

Intéressant ballon en main lorsque lui échut dans son couloir, le capitaine castrais n’a toutefois pas réussi à inverser le cours des choses lorsque son équipe prenait l’eau, passant tout près de la correctionnelle pour un plaquage sur Guirado qui obligea le talonneur du MHR à quitter la pelouse. Bien ciblé par les soutiens montpelliérains, il n’a jamais réussi non plus à exister sur son point fort des contests au sol.

7. Nick Champion de Crespigny (4/10)

Auteur d’une saison régulière impressionnante, l’Australien a réalisé une performance dans le sillage de sa demi-finale, plutôt décevante. Pénalisé pour un plongeon à la 18e puis pour un talonnage à la main à la 39e, il n’a jamais réussi à rattraper totalement ses erreurs, malgré une bonne activité défensive et des déblayages musclés. Remplacé à la 63e par Ben-Nicholas.

8. Teariki Ben-Nicholas (3/10)

Solution privilégiée en touche par les Castrais en début d’alignement, il a encore eu beaucoup de déchet. Pénalisé en touche (26e) puis au sol (34e), il est également auteur d’une mauvaise transmission après touche et a globalement manqué d’impact. Remplacé à la 47e par Baptiste Delaporte, qui n’a pas pu faire grand-chose pour redresser la barre. 

9. Santiago Arata : 4/10

Contrairement à sa brillante performance en demi-finale face au Stade toulousain, il n’a pas réussi à peser face à Montpellier. Il a même semblé emprunté. Il a été pénalisé pour une faute grossière (19e). Certes, il a réussi à « breaker » une fois mais sans conséquence pour Montpellier. Il a été remplacé par Jérémy Fernandez à la 47e minute qui a semblé bien plus vif dans l’animation. Il aurait pu d’ailleurs être à l’origine du premier essai de son équipe (58e) si l’arbitre de la rencontre Tual Tranini ne l’avait pas justement refusé.

10. Benjamin Urdapilleta : non noté

Blessé à une cheville en début de match, il a cédé sa place à Antoine Zegdar dès la 15e minute de la rencontre. Ce dernier n’a eu quasiment aucun ballon pour se mettre en valeur. A l’exception de cette course le long de la ligne de touche où, voulant jouer après contact, il s’est intercepté par Bouthier qui n’a pas pu profiter d’un rebond capricieux dans sa course vers l’en-but castrais (67e).

11. Filipo Nakosi : 3/10

Lui aussi est passé à côté de sa finale. Un-avant grossier avant de garder le ballon au sol empêchant la libération du ballon (8e), une montée défensive au ralenti sur le troisième essai montpelliérain.

A 20-0, il a tenté de réveiller son équipe avec une charge dont il a le secret, mais a commis un en-avant en tentant de passer les bras (22e). Au total, deux ballons perdus en première période. Et deux défenseurs battus, sans aucune conséquence positive. Blessé, il a été remplacé par Arata à la 71e minute.

12. Vilimoni Botitu : 3/10

Habituellement si tranchant, il s’est révélé quasiment transparent durant les 20 premières minutes et même souvent en retard dans les montées défensives. Il a aussi commis quelques maladresses. Il ne s’est jamais montré dangereux pour la défense montpelliéraine. Sauf sur cette longue course en fin de rencontre pour récupérer un jeu au pied d’Arata et inscrire le seul essai du CO (75e). Globalement, une vraie déception pour un joueur qui s'était présenté comme l’un des meilleurs centres de la saison régulière.

13. Thomas Combezou : 3,5/10

On ne l’a pas du tout vu en première période. Au total, il n’a touché que trois ballons durant le laps de temps passé sur la pelouse du Stade de France. Seule action positive pour lui durant cette finale, c’est cette percée d’une quarantaine de mètres juste avant sa sortie. Las, elle n’a rien donné en suivant. Il a été remplacé par Andrea Cocagi (47e). Ce dernier a tenté d'apporter sa puissance. En vain. Il a notamment voulu faire ce petit mètre supplémentaire au sol qui lui a coûté une pénalité à quelques centimètres de la ligne. Il est revenu en jeu en remplacement de Geoffrey Palis (58e).

14. Geoffrey Palis : 3/10

Un geste résume assez bien la pauvreté de sa performance dans cette finale. En effet, il a été coupable d’un geste étrange sur le premier essai montpelliérain. En couverture dans le troisième rideau et en position de dernier défenseur, il a voulu tenter le coup du sombrero par dessus deux joueurs du MHR. Las, il a totalement raté son coup pied, ce dernier tombant dans les bras d’Arthur Vincent. Deux temps de jeu plus tard, le MHR marquait son premier essai (7e). En suivant, il a été très discret, même s’il compte à son actif deux défenseurs battus. Il a été remplacé par Thomas Combezou à la 58e minute de la rencontre.

15. Julien Dumora 4,5/10

Replacé à l’ouverture dès la sortie d’Urdapilleta (15e), il a commencé par rater un coupé de pied important à l’instant trouver une touche sur pénalité (16e). Ensuite, il a eu des difficultés à trouver ses marques, ses passes ont parfois semblé flotter en raison de ses hésitations, laissant la défense montpelliéraine gagner la ligne d’avantage. Il a inscrit une pénalité (35e), mais son jeu au pied a continué de manquer de précision et de pertinence.  

Les notes de Montpellier

1.Titi Lamositele 7/10

L’Américain a apporté sa pierre à la domination des Cistes en mêlée fermée, qui a été éloquente en première mi-temps. On l’a moins vu dans le jeu courant, tant en attaque qu’en défense mais sa prestation en mêlée fermée se suffit à elle-même. Remplacé peu après l’heure de jeu par le jeune Robert Rodgers.

2. Guilhem Guirado 7/10

Très actif ballon en main et percutant en défense, l’ancien capitaine du XV de France a dû quitter ses partenaires à la 25ème pour passer un protocole commotion qu’il n’a de toute évidence pas réussi. Son remplaçant, Brandon Paenga-Amosa, a encore assis la domination de son équipe en mêlée fermée, à l’image de cette pénalité gagnée sous les perches juste avant la mi-temps.

3. Mohamed Haouas 7,5/10

Comme Lamositele, « Momo » a dominé son vis-à-vis en mêlée fermée, le Castrais Quentin Walcker qui est sorti peu après le retour des vestiaires. Il s’est montré très actif en défense, même s’il a connu un peu de déchet (deux plaquages manqués) mais a compensé en remettant souvent son équipe dans l’avancée. Remplacé par Henry Thomas à la 57ème, qui a fait une belle charge à la 75ème minute.

4. Florian Verhaeghe 8/10

Le deuxième ligne s’est rapidement illustré en volant la première touche du match, lancée par les Castrais, et en a remis une couche quelques minutes plus tard en inscrivant le deuxième essai des siens, après une belle séquence dans laquelle on l’a vu passeur et percuteur. Remplacé par Nicolas Janse Van Rensburg à la 48e, qui a pris le relais en touche mais a écopé d’un carton jaune à la 62ème minute.

5. Bastien Chalureau 8,5/10

Comme à son habitude, il a apporté toute sa rage et sa puissance dès l’entame de match. On l’a aussi vu au relais dans le jeu dans le petit périmètre, et même signer une belle chistera qui amena l’essai de Verhaeghe ou encore une passe en pivot dans le mouvement qui mena l’essai de Bouthier. On l’a aussi vu stopper net son vis à vis Vanverberghe alors que ce dernier arrivait plein fer. Il a signé un sans-faute au plaquage, tout en étant l’un des Montpelliérains les plus actifs dans ce registre. Remplacé par Mickael Capelli à la 57eme, qui a apporté sa férocité sur les plaquages.

6. Alexandre Bécognée 8/10

L’ex-Montois s’est montré actif ballon en main, à l’image de ce ballon remonté dans son camp vers la 32ème. Il s’est montré aussi très appliqué en défense, à l’image de son 100 % de plaquages réussis à l’heure de jeu. Un match plein pour l’international français, qui montre encore qu'il possède un potentiel énorme. 

7. Yacouba Camara 7,5/10

Le capitaine des Cistes a d’emblée plaqué en avançant, lors de la première incursion des Castrais dans ses 22 mètres. Comme à son habitude, il a brillé par son impressionnante activité défensive, et son assurance en touche. Il a aussi signé un contest précieux à la 54ème minute qui permit à son équipe de mettre fin à un long siège des Castrais dans les 22 mètres héraultais. Remplacé par Florian Verhaeghe à la 63ème minute, après avoir signé 15 plaquages, plus haut score côté MHR.

8. Zach Mercer 8/10

Une fois n’est pas coutume, l’Anglais s’est illustré par… un coup de pied rasant, qui s’est avéré décisif, puisqu’il offrit le premier essai de la partie à son ailier Arthur Vincent. A commis un en-avant vers la 27ème qui gâcha un bon départ derrière sa mêlée. Mais globalement, l’ex-joueur de Bath a signé une finale à l’image de sa saison : excellente en tous points. Il a encore avancé, encore plaqué à tour de bras… bref, il est définitivement la bonne pioche du recrutement héraultais.

9. Benoît Paillaugue 7/10

Le demi de mêlée a livré une  prestation de patron : sa passe sur le pas, à l’origine du premier essai, et son relais à l’origine du deuxième ont été déterminants dans l’entame de feu des Héraultais. Ses jeux au pied ont été d’une précision diabolique. Les supporters lui pardonneront ses deux manqués face aux poteaux (3/5). Remplacé par Gela Aprasidze (57e) qui a apporté toute son énergie.

10. Paolo Garbisi 7/10

A 22 ans, l’ouvreur italien a pleinement assumé son rôle de chef d’orchestre. Sur les premiers mouvements héraultais, il a été d’une vivacité et d’une justesse remarquables. Il a été irréprochable sur ses sorties de camp et ses pénaltouches. Un vrai match de leader même si son influence a décliné au fil de la partie, en raison de la physionomie de la partie notamment. Il est sorti sur une pénalité réussie à plus de 40 mètres. Son 9/10 en défense est à souligner. Remplacé par Handre Pollard (69e), quelque peu dépassé en défense et auteur du dernier coup de pied de la rencontre.

11. Vincent Rattez 5,5/10

L’ailier aura été le trois-quarts le moins en vue offensivement. Il avait pourtant de bonnes jambes comme l’a prouvé sa course en bout de ligne après un en-avant de Bouthier en première période. Il a mis cette énergie au service d’une défense acharnée et efficace.

12. Jan Serfontein 6,5/10

Sanctionné pour un plaquage haut sur Arata (2e), il a ensuite été un fer de lance tonitruant pour l’attaque montpelliéraine. Sa chistera après contact sur l’essai de Florian Verhaeghe est à montrer dans toutes les écoles de rugby. Il a été percutant sur chacune de ses interventions malgré quelques fautes de mains. A plaqué à tour de bras (13/16), comme à son habitude. Le Bok a été à la hauteur de son statut. Remplacé par Gabriel Ngandebe (60e).

13. Geoffrey Doumayrou 7,5/10

Le centre a fait parler son expérience et sa maîtrise technique. Sa décision de revenir petit côté sur le premier essai et son relais sur le deuxième ont rappelé qu’il était un attaquant de qualité. En défense, il a été impeccable avec une belle lecture et des interventions pleines de conviction (8/8). Un vrai régulateur de ligne, indispensable et ô combien précieux.

14. Arthur Vincent 8/10

L’international a vécu une soirée de rêve où tout lui a réussi : opportuniste sur le coup de pied à suivre de Zack Mercer (7e), il a régalé avec sa redoublée passe aveugle pour envoyer Anthony Bouthier dans l’en-but (12e). En défense, il a été valeureux pour repousser Filipo Nakosi. Il est aussi à créditer d’un grattage précieux sur Thomas Combezou dans ses 22 mètres (47e).

15. Anthony Bouthier 7,5/10

D’entrée, ses coups de pied ont soulagé les siens. L’arrière s’est aussi illustré par ses courses : sa lecture de jeu, sur la passe aveugle d’Arthur Vincent (12e), lui a permis de marquer le troisième essai des siens. Une maladresse sous une chandelle (30e) qui a mis son équipe sans pression sans que cela n’ait de conséquences. Sa couverture de terrain a été globalement bonne. Son retour défensif sur Thomas Combezou (47e) et son interception en bout de ligne (64e) ont annihilé les derniers espoirs castrais. Il était même proche d’un doublé après un énième ballon intercepté (66e).

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?