Jeunes - Agen, champion de France à mi-temps en Gaudermen

  • Les Agenais sont champions de France Gaudermen.
    Les Agenais sont champions de France Gaudermen. Photo Laurent Dard
Publié le

Après un début de rencontre laborieux, le SU Agen a logiquement remporté le titre de champion de France Gaudermen.

Une grève dans les transports parisiens a parfois du bon. Si, si, promis, juré. Allez donc demander aux gamins de Massy et d’Agen ce qu’ils en pensent. Habituellement, la finale cadets disputée en lever de rideau de celle du Top 14 se déroule dans un triste anonymat. Cette fois, les deux équipes Gaudermen ont eu l’heureuse surprise de voir les tribunes du Stade de France se remplir au fil de la rencontre.

Évidemment, n’allez pas croire que l’enceinte dionysienne affichait complet pour voir les jeunes Agenais lever leur bouclier de Champion de France, mais les plus prudents, pour ne pas se retrouver coincés sur la ligne B ou D du RER, avaient rejoint Saint-Denis suffisamment tôt pour assister à un spectacle agréable offert par les deux équipes.

Narjissi, tout un symbole

Pourtant, tout avait commencé par un déluge d’un autre temps, rendant le ballon extrêmement glissant et expliquant les nombreuses fautes de mains aperçues des deux côtés en début de rencontre. Toutefois, les intentions étaient bien présentes. Si la possession était agenaise, le réalisme et l’exploitation des turnovers se trouvaient être massicois. À l’image des premières offensives.

Deux occasions vendangées pour des petits en-avants (10e et 15e). La troisième était finalement la bonne. Le troisième ligne Mauduit inscrivait le premier essai de la rencontre après que son ouvreur Fernando eut contré son vis-à-vis après une sortie de mêlée chahutée. Avec la transformation et une première pénalité du trois-quarts centre Hutteau Massy prenait le large d’emblée.

Mais le spectacle était au rendez-vous et les deux équipes se rendaient coup pour coup. Un peu plus tard, coaching gagnant pour le SUA. Menanteau, fraîchement entré en jeu, marquait les premiers points de son équipe et offrait de l’espoir à son équipe. À la pause, rien n’était joué (13-7).

En seconde période, changement de décor. Plus précis, moins maladroits, les joueurs du Lot-et-Garonne reprenaient le dessus. Deux essais de Protin (49e) et Gayral (52e) leur permettaient de prendre l’avantage au tableau d’affichage pour la première fois de la partie (16-19). Massy tentait le tout pour le tout, jetait ses dernières forces dans la bataille.

En vain. Les jeunes Franciliens, pourtant bien plus fringants en début de rencontre, s’écroulaient et laissaient leurs adversaires inscrire un quatrième essai signé Mourgues (67e). Et un cinquième et dernier pour l’anecdote signé Mehdi Narjissi, le fils de Jalil, ancien talonneur. Tout un symbole, la relève est prête.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?