Top 14 - Les tops de la finale Castres - Montpellier

  • Dans la droite lignée de sa performance en demi-finale contre l’Union Bordeaux-Bègles, Bastien Chalureau a été à la hauteur de l’événement.
    Dans la droite lignée de sa performance en demi-finale contre l’Union Bordeaux-Bègles, Bastien Chalureau a été à la hauteur de l’événement. Icon Sport
Publié le

Chalureau impressionnant dans le combat, le talent de Vincent, une finale à l’image de sa saison pour Mercer... Voici les tops de la finale Castres - Montpellier !

Chalureau impressionnant dans le combat

Dans la droite lignée de sa performance en demi-finale contre l’Union Bordeaux-Bègles, il a été à la hauteur de l’événement. Comme à son habitude, il a apporté toute sa rage et sa puissance dès l’entame de match. On l’a aussi vu au relais dans le jeu dans le petit périmètre, et même signer une chistera majestueuse qui amena l’essai de Verhaeghe (10e) ou encore une passe en pivot dans le mouvement qui mena l’essai de Bouthier (12e), après avoir arraché le ballon des mains d’un Castrais. Un geste incroyable.

On l’a aussi vu stopper net son vis-à-vis Vanverberghe alors que ce dernier arrivait plein fer. Il a signé un sans-faute au plaquage (onze), tout en étant l’un des Montpelliérains les plus actifs dans ce registre. Vraiment, il a confirmé sur cette finale – et même sur l’ensemble des derniers matchs, tout son potentiel. Remplacé par Mickael Capelli à la 57e, qui a apporté sa férocité sur les plaquages.

Vincent, quel talent !

L’international a vécu une soirée de rêve où tout lui a réussi : opportuniste sur le coup de pied à suivre de Zack Mercer (7e), il a régalé avec sa redoublée passe aveugle pour envoyer Anthony Bouthier dans l’en-but (12e). En défense, il a été valeureux pour repousser Filipo Nakosi. Il est aussi à créditer d’un grattage précieux sur Thomas Combezou dans ses 22 mètres (47e).

Mercer, une finale à l’image de sa saison

L’Anglais a réalisé un match énorme, titanesque, colossal. Employez le qualificatif que vous souhaitez. Le numéro 8 a été impliqué dans les trois essais héraultais. Rien que ça. Une fois n’est pas coutume, l’Anglais s’est illustré par… un coup de pied rasant, qui s’est avéré décisif, puisqu’il offrit le premier essai de la partie à son ailier Arthur Vincent (6e). Certes, il a commis un en-avant vers la 27ème minute de la rencontre qui gâcha un bon départ derrière sa mêlée.

Mais globalement, l’ex-joueur de Bath a signé une finale à l’image de sa saison : excellente en tous points. Il a encore avancé, encore plaqué à tour de bras… Bref, il est définitivement la bonne pioche du recrutement héraultais. Il a d’ailleurs encore envoyé un signal très fort à Eddie Jones, le sélectionneur de l’Angleterre qui l’a superbement ignoré ces dernières années puisqu’il ne compte que deux sélections en 2018.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?