La Nouvelle-Zélande à la chasse du Trèfle

  • La Nouvelle-Zélande à la chasse du Trèfle
    La Nouvelle-Zélande à la chasse du Trèfle Newspix / Icon Sport - Newspix / Icon Sport
Publié le

Plongés dans une épidémie de Covid-19, les All Blacks attendent l’Irlande avec plusieurs incertitudes. Un contexte tendu avant de débuter la série de trois matchs face au XV du Trèfle.

En Nouvelle-Zélande, le doute est interdit. Alors que les All Blacks sont privés d’une majeure partie de leur staff et de leur centre Will Jordan, Sam Cane a tenu à rassurer le monde du rugby. "C’est un moment terrible pour tous ceux qui ont attrapé le Covid. Mais il y a beaucoup de profondeur et de concurrence à tous les postes. Nous avons encaissé les coups durs, ce n’est pas idéal, mais étonnamment il n’y a pas eu beaucoup de perturbation. L’équipe a été vraiment impressionnante cette semaine" a déclaré le capitaine néo-zélandais.

En marge des trois rencontres face à l’Irlande, Ian Foster n’a retenu que six novices dans son groupe de 38 joueurs. Parmi les nouvelles têtes de l’escouade noire, Leicester Fainga’Anuku qui fera la paire avec Sevu Reece aux ailes de l’attaque néo-zélandaise ainsi que Pita Gus Sowakula qui se positionnera sur le banc pour cette fois. Tous deux honoreront leur première cap à l’occasion de ce premier match de l’année pour les All Blacks.

Laver l’affront de novembre

La réception du XV du Trèfle doit également permettre de venger les vaincus de Dublin. En novembre dernier, les coéquipiers de Jonathan Sexton asphyxiaient les hommes en noir (29-20) avec des buts décisifs de Joey Carbery. Sept mois plus tard, les Maori All Blacks ont remporté une première bataille (32-17) face à une équipe irlandaise remaniée. Mais au pays du long nuage blanc, le grand rendez-vous est pour samedi (9 heures, heure française). Et la bande de Sam Cane sait quelle pression elle a sur les épaules. "Ce n’est un secret pour personne que les test-matchs consistent à dominer les collisions et à gagner de petits centimètres. Nous nous concentrerons là-dessus tout en ayant une grosse défense qui puisse mettre la pression et créer des turnovers" détaillait le leader des Blacks. Même son de cloche pour l’éternel Sam Whitelock. Le deuxième ligne de 33 ans annonce que "chaque joueur monte d’un cran" malgré l’isolement du staff. Autre arme sur laquelle pourront s’appuyer les Néo-Zélandais, le renfort de Joe Schmidt. Arrivé tel un pompier de service cette semaine, l’ancien sélectionneur du Trèfle ne manquera pas de distiller quelques indices à "ses" joueurs.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Clément Labonne
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?