Et les Wallabies mirent l’Angleterre K.-O.

  • Les Wallabies de Nic White ont pris à la gorge les Anglais dans le dernier quart d'heure.
    Les Wallabies de Nic White ont pris à la gorge les Anglais dans le dernier quart d'heure. PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport
Publié le

Les Australiens ont bénéficié de l’apport du banc pour mettre le XV de la Rose au tapis, le tout en infériorité numérique.

Samedi, c’était une histoire de coups sur la tête. À Perth, Australiens et Anglais ont longtemps boxé dans la même catégorie (pas la prestigieuse). Avant que le banc wallaby ne vienne asséner un triple uppercut au XV de la Rose… Les hommes de Dave Rennie encaissent pourtant les premiers. Et pas qu’un peu. Avant le match, au cours de l’échauffement, les Aussies perdent leur maestro Quade Cooper sur blessure. Une première tuile, alors que le fantasque numéro 10 s’était montré à son avantage lors de ses dernières sorties en Jaune.

Las, on croit même voir l’Australie aller au tapis dès les premiers rounds. À la 22e minute, c’est au tour de l’arrière titulaire Tom Banks de céder sa place, la faute à une vilaine chute sur le bras. Dans la foulée (26e), le solide pilier Allan Ala’Alatoa agite également la serviette blanche. La rencontre a alors tout d’un scénario cauchemardesque, les Wallabies étant en plus menés 6 à 3 par Owen Farrell et les siens. Pour couronner le tout, lorsque c’est à leur tour de boxer l’adversaire, ils sont lourdement sanctionnés par Monsieur James Domelan. À raison, en l’occurrence, puisque le malheureux deuxième ligne Darcy Swain tombe dans le piège vieux comme le monde d’un Jonny Hill tireur de cheveux, en lui assénant un petit coup de boule dans la tempe (36e). Carton rouge pour le premier, simple jaune pour le second. Comprenez alors que rien ne présage un sursaut australien.

Le banc australien décisif

Mais malgré l’essai d’Ellis Genge (49e), les joueurs océaniens s’accrochent. En attendant les renforts. C’est du banc de touche que vient finalement la force de frappe. Alors qu’ils pensaient mettre la main sur le match, les Anglais sont amenés dans les cordes par un premier remplaçant, Jordan Petaia, qui profite d’une offensive rondement menée dans les vingt-deux mètres britanniques (64e). Vient donc le grand balbutiement de la Rose. Les joueurs d’Eddie Jones ne mettent quasiment plus un pied devant l’autre. Groggys, ils sont sonnés par Folau Fainga’a, auteur d’un essai post ballon porté, à dix minutes du terme. Le K.-O. pend au nez des British. Il ne tarde pas à arriver. La furia australienne se conclut par un passage à dame de Samu (78e), lequel conclut une longue séquence wallaby, pour un troisième essai venu du banc. Malgré un sursaut de la brillante jeunesse anglaise en fin de partie (Arundell, van Poortvliet), l’Australie acquiert son premier succès contre l’Angleterre depuis 2015, et une victoire en phase de poules de la Coupe du monde. Malgré le coup de tête, les Wallabies ont gagné la bataille des points.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Dorian VIDAL
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?