Les Bleuets en reconquête

  • Après leur défaite face aux Anglais, les Tricolores de Samuel M’Foudi n’ont plus le choix. Ils doivent battre les Sud-Africains avec le bonus offensif pour rêver de finale. Le cas échéant, ce sera un match pour la cinquième place face à la Géorgie… Photo James Crombie
    Après leur défaite face aux Anglais, les Tricolores de Samuel M’Foudi n’ont plus le choix. Ils doivent battre les Sud-Africains avec le bonus offensif pour rêver de finale. Le cas échéant, ce sera un match pour la cinquième place face à la Géorgie… Photo James Crombie
Publié le

Ce mardi, la France affrontera l’Afrique du Sud à Vérone avec la volonté d’effacer la défaite subie face aux Anglais et de croire à un exploit pour arracher une finale.

Les mois passent, les joueurs restent mais l’irrégularité aussi malheureusement. Durant le dernier Tournoi des 6 Nations, le staff tricolore regrettait déjà les quelques baisses de régimes du groupe tricolore. Des moments difficiles en cours de match ou durant l’intégralité d’une rencontre, comme ce fut le cas mercredi dernier face à l’Angleterre.

Après une magnifique première sortie face à l’Irlande, les Français n’ont pas réussi à réitérer leur performance, au plus grand regret de leur manager, Jean-Marc Béderède : "On sort forcément frustrés de cette deuxième journée. D’une part à cause de la défaite mais surtout car nous avons l’impression de ne pas avoir joué. Nous ne sommes pas allés au bout de nos idées, c’est décevant. Des choses avaient été dites avant le coup d’envoi, nous n’avons pas tenu promesse."

L’indiscipline, ce fléau

La statistique était trop folle pour ne pas l’évoquer quelque heures après le revers face aux Anglais. Lors de leur deuxième sortie, les Bleuets ont été sanctionnés à neuf reprises lors des dix-huit premières minutes. Une indiscipline qui pourrait coûter très cher face à des Sud-Africains sûrs de leurs forces en ce début de compétition.

"C’est un mal chronique chez nous, regrette Jean-Marc Béderède. C’était déjà le cas lors du Tournoi des 6 Nations, nous sommes trop sanctionnés. Face à l’Irlande, dans ces Summer Series, nous avons écopé de deux cartons jaunes, de même face à l’Angleterre. C’est beaucoup trop." Des expulsions temporaires pour fautes répétées auxquelles le manager général tricolore a une explication toute simple : "Au rugby, quand vous subissez les impacts, vous commettez des fautes, c’est simple. Face à l’Angleterre, c’est ce qui s’est passé. Les joueurs ont été dominés physiquement et reculé sur les plaquages, ça lance directement une dynamique négative." Au-delà de l’indiscipline, un déficit de puissance fait également apparaître des difficultés pour mettre son jeu en place.

Face au XV de la Rose, la ligne arrière tricolore n’a jamais pu exploiter tout son potentiel. La faute à un manque de munitions, égarés à cause de petites erreurs de mains ou de rucks perdus face au pack britannique. Une tendance inquiétante au moment où se présentent les Baby Boks, réputés pour leur rugby minimaliste mais surpuissant.

"Ça va taper très fort"

Les séniors sont champions du monde et les moins de 20 ans ne sont pas mal non plus du côté de l’Afrique du Sud. Victorieux des Anglais en ouverture puis des Irlandais, les Baby Boks se dressent devant les Bleuets en pleine confiance. Une chose est certaine, les chocs risquent d’être virulents ce mardi soir : "On connaît tous la puissance de cette équipe, avoue Jean-Marc Béderède. Il faudra être fort à l’impact, les agresser si on veut les inquiéter." Surtout que malgré leur revers d’il y a quelques jours, les Français peuvent toujours accrocher la première place de leur poule et disputer la grande finale.

Une hypothèse à laquelle croit dur comme fer le staff : "Bien évidemment qu’il faut prendre en compte l’enjeu de cette rencontre. C’est un beau challenge qui nous attend." Les Tricolores ont besoin, au minimum, d’une victoire bonifiée pour espérer piquer sur le fil la première place à leurs futurs adversaires. Compliqué mais pas impossible !

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Vincent Franco
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?