Toulouse, le révélateur ultime pour Melvyn Jaminet

  • Melvyn JAMINET.
    Melvyn JAMINET. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Après les vacances, Melvyn Jaminet débarquera à Toulouse pour donner une nouvelle trajectoire à sa carrière. Il y trouvera un environnement favorable à son épanouissement mais aussi une concurrence de très haut niveau. 

« Je suis très heureux de signer au Stade toulousain : c’est un club dont la philosophie de jeu me correspond et qui a des ambitions de titres. C’est ce que je recherche pour la suite de ma carrière. » Le 21 juin, Melvyn Jaminet et Toulouse ont officialisé l'union que la France du rugby attendait depuis des mois. Un mariage d'amour, donc, mais aussi de raison : le meilleur joueur du Pro D2 2020-2021, devenue la révélation des Bleus à l'été 2021 et l'arrière titulaire de la sélection dans la foulée, se devait d'évoluer au plus haut niveau.

Même à Perpignan, personne n'y trouve rien à redire. C'est le sens de l'histoire, admettent volontiers François Rivière et Patrick Arlettaz. Reste à savoir à quoi ressemblera le nouvel épisode de la carrière déjà mouvementée du Varois d'origine. À Ernest-Wallon, avant d'espérer emplir son armoire à trophées, Melvyn Jaminet devra se familiariser avec un nouvel environnement et s'adapter à des exigences revues à la hausse. Comme toute recrue. Il aura surtout une redoutable concurrence à affronter. Comme on en a rarement vue.

Le moins polyvalent des trois

À l'heure d'attribuer le numéro 15, Ugo Mola sera chaque semaine confronté à un drôle de casse-tête : il aura l'embarras du choix entre "l'Ovni" de Fabien Galthié, Thomas Ramos et Ange Capuozzo. Les deux premiers ont un profil assez similaire de buteur-relanceur doté d'un long jeu au pied mais le Mazamétain d'origine a pour avantage d'avoir ses repères dans ce système et d'avoir fait ses preuves en rouges et noir. L'international italien a, lui, un profil assez unique pouvant lui permettre de se démarquer. Surtout, et Ramos et Capuozzo bénéficient d'une polyvalence - arrière-ouvreur pour l'un, arrière-ailier pour l'autre - dont ne peut pas pour l'heure se targuer Melvyn Jaminet, formé à l'ouverture mais exclusivement aligné en 15 au plus haut niveau. Dans la constitution d'un groupe de vingt-trois, cette donnée entre en ligne de compte.

Dans tous les cas, cette arrivée au Stade toulousain constituera un révélateur pour Melvyn Jaminet, qui a soufflé ses vingt-trois bougies le 30 juin. Une épreuve de vérité. S'il est à la hauteur des attentes et gagne sa place dans la rotation, il sera lancé sur orbite pour la suite de sa carrière. Sinon, il pourrait y perdre beaucoup, en temps de jeu, en progression et en sélections. Dans tous les cas, il lui faudra élever son niveau après une saison qu'il a lui-même jugée mitigée, au-delà de ses stats (zéro essai et 77,8 % de réussite dans les tirs au but).

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?