Test match - Le duel : Virimi Vakatawa et Dylan Riley, « expats » de derrière

  • Pour ce deuxième test match entre la France et le Japon sera le témoin d'un nouveau duel de monstres au centre du terrain, entre Dylan Riley et Virimi Vakatawa
    Pour ce deuxième test match entre la France et le Japon sera le témoin d'un nouveau duel de monstres au centre du terrain, entre Dylan Riley et Virimi Vakatawa Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Pour ce deuxième test match entre la France et le Japon sera le témoin d'un nouveau duel de monstres au centre du terrain, entre Dylan Riley et Virimi Vakatawa. Alors, à qui l'avantage ?

Avec son gabarit généreux (1,87 m, 102 kg), Dylan Riley fut l’un des rares Japonais à vraiment rivaliser dans la densité physique avec les Bleus la semaine dernière. Rien de fondamentalement étonnant, puisqu’à l’instar des autres « prospects » Siosaia Fifita, Tevita Tatafu, Ben Gunter ou Jack Cornelsen, Dylan Riley a été sélectionné pour cela par Jamie Joseph… Le centre d’origine australienne partageant même avec les deux derniers nommés d’avoir été repérés et recrutés par l’ancien sélectionneur des Wallabies, Robbie Deans, jusqu’à truster depuis deux ans les titres nationaux sous les couleurs des Saitama Panasonic Wild Knights. Des victoires auxquelles Riley a fait beaucoup plus qu’apporter sa pierre à l’édifice puisque c’est lui qui inscrivit à chaque fois les essais de la victoire en finale face au Tokyo Suntory Sungoliath, crucifiant notamment les coéquipiers de Damian McKenzie à la 73e, voilà un mois et demi à peine (18-12)… Des états de service qui ont permis à cet ancien wallaby moins de 20 ans de toucher, depuis la saison dernière, au niveau international sous les couleurs des Brave Blossoms, ce dernier semblant atteindre la plénitude de son potentiel, à l’âge de 25 ans.

Vakatawa, ultime chance ?

Cette plénitude ? Virimi Vakatawa se débat actuellement pour la retrouver. Élément central du dispositif tricolore depuis la Coupe du monde 2019, le centre du Racing 92 a vu son état de forme se dégrader symétriquement à son degré de confiance, entamé depuis le début de l’année 2021. Entre sa boulette dans l’en-but face au RCT de Villière et les blessures musculaires qui ne lui ont pas permis d’enchaîner dans le Tournoi avec les Bleus, Vakatawa a progressivement perdu de son niveau et de son statut. Une baisse de régime contre laquelle le staff des Bleus tente malgré tout de lutter, qui tendit la main à Vakatawa lors de cette tournée au Japon, bien conscient du potentiel hors-norme de son joueur toujours en quête d’un déclic. « Depuis notre match avec les Barbarians contre l’Angleterre, on l’a investi du rôle de capitaine de défense, qu’occupe d’habitude Gaël Fickou, et il a beaucoup apporté aux joueurs autour de lui, expliquait l’entraîneur des trois-quarts Laurent Labit. Un garçon comme Yoram Moefana s’appuie par exemple beaucoup sur Virimi, et il a à ce titre répondu à nos attentes, même si on attend toujours plus et mieux de lui. » En conclusion ? Pour le désormais trentenaire du Racing, ce deuxième test au Japon s’apparente quelque peu à celui de la dernière chance. Car si Vakatawa conserve la confiance de ses entraîneurs, c’est aussi le cas d’autres cadres restés au garage cet été comme Fickou, Danty ou encore Vincent, sachant que Moefana s’annonce de plus en plus incontournable dans le groupe de par sa polyvalence…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?